Roses de l'amitié

Bienvenue à tous , je vous souhaite une bonne visite sur mon forum , vous allez découvrir les merveilles en normandie et ceux qui me tient à coeur sur la vraie Sissi et Romy Schneider
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les Chateaux Français

Aller en bas 
AuteurMessage
Romy50300
Admin
avatar

Messages : 1689
Date d'inscription : 25/02/2012
Age : 47
Localisation : 50300 avranches

MessageSujet: Les Chateaux Français   Dim 9 Déc 2012 - 16:17



Le palais Lascaris



Le palais Lascaris est une ancienne demeure aristocratique de Nice datant de la première moitié du XVIIe siècle.

Situé au cœur du Vieux Nice, il abrite le musée municipal des arts et traditions populaires depuis 1970.

Faute de sources documentaires, les architectes ne sont pas connus.

Son style architectural est du baroque dit génois.

Historique


Construit dans la première moitié du XVIIe siècle puis au XVIIIe siècle, il est jusqu'en 1802 la propriété de la famille Vintimille-Lascaris.

Tombé en décrépitude au début du XXe siècle, le palais est racheté en 1942 par la ville de Nice qui décide de l'aménager en un espace muséal.

Les travaux de réhabilitation débutent en 1963 et s'achèvent en 1970, année de l'ouverture définitive du palais au public.

Caractéristiques


De style baroque, et imbriqué dans un tissu urbain ancien, le palais affiche une opulente façade principale avec la mise en valeur appuyée des fenêtres et des balcons à balustres de marbre blanc.

À l’intérieur, dès l’entrée, un imposant vestibule voûté d’arêtes, orné de motifs aux tons vigoureux, participe à un bel effet visuel.

Un escalier monumental fermé par des galeries d’arcades et décoré de statues permet d’accéder aux salles du premier étage utilisées pour les expositions temporaires.

Au deuxième niveau, l’étage appelé noble avec ses appartements d’apparat conservent ses décors plafonnants d'origine, peints à la fresque au milieu du XVIIe siècle.
Les statues et le décor rocaille des salons sont ajoutés au XVIIIe siècle.

Le palais consacre aujourd'hui sa surface d’exposition à la présentation permanente de sa collection d’instruments de musique anciens.

Il fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques depuis le 15 février 1946.


















Revenir en haut Aller en bas
http://romy50300.skyrock.com
Romy50300
Admin
avatar

Messages : 1689
Date d'inscription : 25/02/2012
Age : 47
Localisation : 50300 avranches

MessageSujet: Re: Les Chateaux Français   Dim 12 Nov 2017 - 18:28

Le château des milandes , demeure de Joséphine Baker




Le château des Milandes est un château français situé sur la commune de Castelnaud-la-Chapelle, dans le département de la Dordogne.

Il est protégé au titre des monuments historiques.


Localisation


Établi en Périgord noir sur la commune de Castelnaud-la-Chapelle, le château des Milandes domine le lit de la Dordogne d'une cinquantaine de mètres, sur une hauteur en rive gauche.

Histoire


Famille de Caumont


Le château des Milandes est bâti en 1489 et constitue alors la demeure principale des seigneurs de Caumont qui possèdent aussi le château de Castelnaud.

Le bâtiment est transformé par François de Caumont pour son épouse qui souhaite habiter un lieu moins austère et plus lumineux.

Des fenêtres à meneaux couvertes de vitraux sont percées mais les tourelles, les escaliers à vis et les gargouilles, éléments architecturaux du Moyen Âge, sont conservés.

Jacques Nompar de Caumont, serviteur du roi Henri IV1, séjourna au château de nombreuses fois.



Abandon et rachat





Vue d'une partie des constructions néo-gothiques.





Vue partielle du château avec les jardins à la française.



La Révolution française entraîne l'abandon du château qui est vendu au xixe siècle.

Après un incendie dû au manque d'entretien, Auguste Claverie, un industriel ayant fait fortune dans la lingerie fine, le rachète et commence à le restaurer entre 1900 et 1908.

De nouveaux éléments de styles néo-gothique et néo-Renaissance sont ajoutés, comme des tours, des logis, des balcons, et un jardin à la française est créé.

L'ensemble est complété par un chai et une ferme.

Après son décès, sa veuve revend le château à un particulier et cède la chapelle située à côté à la commune de Castelnaud-Fayrac.



Joséphine Baker



Le château constitue la résidence de la chanteuse et meneuse de revue Joséphine Baker qui le loue à partir de 1937 et l'achète dix ans plus tard avec son nouveau mari Jo Bouillon.

C'est à cette époque que sont installés l'eau courante, l'électricité et un système de chauffage central.

Elle y développera un complexe touristique avant-gardiste, baptisé « Village du Monde », et y vivra avec ses douze enfants adoptés de neuf nationalités différentes qu'elle surnomme sa « Tribu Arc en Ciel ».

En 1964, à la suite de problèmes financiers, la mise en vente aux enchères du château est annoncée.

Malgré un répit grâce à l'intervention de Brigitte Bardot qui lance un appel aux Français et le refus par Joséphine Baker de l'offre de Gilbert Trigano, le château est finalement vendu pour un dixième de sa valeur en 1968.

Faisant jouer la loi française, elle obtient néanmoins un sursis qui lui permet de rester au château jusqu'au 15 mars 1969. Cependant, alors qu'elle est en tournée, elle apprend que le nouveau propriétaire a investi les lieux.

Elle s'y oppose et investit seule la cuisine dans laquelle elle se barricade, ses enfants étant confiés à sa sœur.

Profitant d'une de ses sorties de la pièce pour aller chercher de l'eau, les ouvriers, qui ont pour consigne de la faire partir du château, referment la porte derrière elle.

Elle passe la nuit devant la porte et doit être transportée à l'hôpital le lendemain.

Cet évènement tourne en faveur de Joséphine Baker qui obtient finalement une autorisation de réintégration dans la cuisine par la justice.


L'« après » Joséphine Baker



Depuis Joséphine Baker, quatre familles se sont succédé au château.

Les terrasses, façades et toitures du château sont inscrites au titre des monuments historiques le 29 août 1986.

Depuis 2001, le château accueille une exposition sur Joséphine Baker et des travaux de restauration sont effectués.

Le 7 décembre 2009, le château, son chai, son jardin à la française et les anciennes écuries sont inscrits en totalité au titre des monuments historiques.

Chaque année, des spectacles de rapaces sont présentés de juillet à la mi-octobre.

Claude de Labarre et sa fille, Angélique de Saint-Exupéry, sont propriétaires du château des Milandes depuis 2001.

En 2013 est apposé sur l’entrée de l’ancienne demeure de Joséphine Baker le label Maisons des Illustres créé en 2010 par le ministère de la Culture et de la Communication.

Son objectif est de faire connaître des lieux ouverts au public, anciennes demeures de personnalités qui ont influencé l’histoire. C’est le troisième site de la Dordogne, après le château de Montaigne, à Saint-Michel-de-Montaigne et celui de Hautefort.






















Revenir en haut Aller en bas
http://romy50300.skyrock.com
Romy50300
Admin
avatar

Messages : 1689
Date d'inscription : 25/02/2012
Age : 47
Localisation : 50300 avranches

MessageSujet: Le château de Terre-Neuve   Sam 27 Jan 2018 - 10:47

Le château de Terre-Neuve est un château de la Renaissance situé à Fontenay-le-Comte.




Il est le témoin du rayonnement économique et intellectuel du Bas-Poitou.



Historique


Le château a été bâti en 1580 sur les plans de l’architecte Jean Morisson pour Nicolas Rapin, compagnon d’armes d’Henri IV et écrivain.

L’édifice est le deuxième château de la ville de Fontenay-le-Comte, le premier, un château fort, ayant été démantelé quelques années plus tard.

Il est l’un des chefs-d’œuvre de la ville, bâti durant son apogée économique et intellectuelle, François Ier l’ayant qualifié de « Fontaine des Beaux Esprits ».

Nicolas Rapin ne laissant aucun héritier à sa mort, le château est racheté par les missionnaires lazaristes.

Au xixe siècle, le comte de Vassé, à l’époque maire de Fontenay-le-Comte fait l’acquisition de la demeure et en 1850 son petit-fils Octave de Rochebrune, héritera le château et sera à l’origine de sa transformation.

Celui-ci, aquafortiste de talent - 497 estampes recensées - qui connut Eugène Viollet-le-Duc et « antiquaire » (au sens d'amateur d'antiquités), selon la mentalité du temps ornera et ennoblira le vieux logis de nombreuses pièces architecturales acquises pour être remontées sur place, notamment d'importants éléments d’époque Renaissance du château de Coulonges-les-Royaux (appelé de nos jours Coulonges-sur-l'Autize), la grande cheminée sculptée dite « aux griffons » provenant de l'ancienne sénéchaussée de Fontenay-le-Comte, et des éléments du décor intérieur du château de Chambord offerts par son propriétaire d'alors, le « comte de Chambord », en remerciement de sa grande eau-forte représentant ce château.

Le petit-fils de Charles X et prétendant au trône de France eut comme secrétaire en exil Monti de Rezé, autre aristocrate vendéen légitimiste.

Un portrait de Rochebrune, eau-forte sur papier par Paul Baudry, gloire artistique vendéenne de la seconde moité du xixe siècle, a figuré en 2012 à l'exposition Trésors cachés du cabinet d'arts graphiques XIXe du Musée des beaux-arts de Nantes (chapelle de l'Oratoire).

Le graveur s'est représenté entre autres œuvres dans celle intitulée Porte de l'atelier de Terre-Neuve qui montre au premier plan une partie de sa riche collection de meubles et objets anciens, puis lui dans son atelier devant sa presse (estampe datée du 15 octobre 1862, encadrée par Wandeberg frères à Paris - archives pers.).

Sa fille et héritière Élisabeth de Guillaume de Rochebrune épouse le comte Raoul Poignand du Fontenioux, dont les descendants ont conservé et habitent la vieille demeure, ouverte aux visiteurs.



Hôtes célèbres


La demeure accueillit au fil des années de nombreux érudits.

Ainsi, Nicolas Rapin y invita le duc de Sully, Agrippa d'Aubigné, François Viète, Jacques du Fouilloux, André Tiraqueau à de nombreuses reprises.

De 1940 à 1943 le célèbre écrivain Georges Simenon loua et habita le château, où il commença sa première œuvre autobiographique, intitulée Pedigree ; il a été photographié dans le salon à côté d'un piano à queue ; ce séjour est évoqué par l’historien d’art Michel Ragon dans ses souvenirs.

Son ami Maurice de Vlaminck lui rendit plusieurs fois visite.



Lieux et monuments



Architecture


L’édifice est constitué de deux corps de bâtiments « en équerre », chaque extrémité de l’équerre étant flanquée d’échauguettes.

Le bâtiment s’ouvre sur une terrasse terminée d’un escalier menant au parc.

Les façades et les toitures ont été inscrites à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques par arrêté du 13 décembre 1978.

Le porche (copié au château de Saint-Cyr-en-Talmondais) précédant l’entrée principale a été classé Monument Historique par arrêté du 13 décembre 1978, ainsi que le bâtiment contenant la lanterne de l’escalier provenant du château de Coulonges-sur-l'Autize, le grand salon et ses boiseries ornées d'un soleil rayonnant, provenant du château de Chambord, le petit salon, le hall et l’ancien atelier de Rochebrune.

Différents éléments sont à signaler : un fronton utilisé comme décor lors la première du Bourgeois gentilhomme à Chambord en présence de Louis XIV, la porte du cabinet de travail de François Ier, les plafonds à caissons et une cheminée ornée de symboles alchimiques qui résument les grandes phases présidant à la réalisation de la pierre philosophale venant du château Renaissance de Coulonges-sur-l'Autize. Au-dessus des symboles alchimiques figure l'inscription "Nascendo quotidie morimur" ).


Une tapisserie royale.



À la fin du xixe siècle le photographe poitevin Jules-César Robuchon (1840-1922) y photographia pour son ouvrage Paysages et monuments du Poitou un "tapis des Gobelins offert par Louis XIV à Voyer d'Argenson, Garde des Sceaux", qui était placé dans le salon entre deux colonnes à chapiteaux corinthiens sous le fronton provenant du château de Chambord (cf. cliché ci-dessous); il s'agit d'une tapisserie dite "chancellerie", présent traditionnel du roi au ministre lors de l'entrée en charge.

Cette pièce, qui présente au centre les armes royales soutenues par deux figures ailées sur fond bleu à semis de fleurs de lys or et dans la bordure "sceau, masses, épées, balances et chiffre royal dans deux écussons couronnés" (catalogue du Musée Nissim de Camondo, 1954, p.18), appartient à une série de pièces tissées en laine et soie vers 1680 pour Michel Le Tellier, marquis de Louvois, en fonctions de 1677 à 1685, et modifié ensuite pour le marquis d'Argenson (1652-1721) en fonctions de 1718 à 1720, qui fit apposer ses armes aux deux angles inférieurs (autres exemplaires au Musée des Arts décoratifs de Paris et au Musée Nissim de Camondo).


Le château est ouvert au public du 1er mai au 30 septembre, tous les jours de 9 h à 12 h et de 14 h à 19 h.



Galerie





Petit salon .




Grand salon .




Porte de la salle à manger.



Revenir en haut Aller en bas
http://romy50300.skyrock.com
Romy50300
Admin
avatar

Messages : 1689
Date d'inscription : 25/02/2012
Age : 47
Localisation : 50300 avranches

MessageSujet: le château de chantore à Bacilly   Lun 23 Juil 2018 - 12:19

Le château de chantore à Bacilly

Une visite privée et commentée (par le propriétaire) d’une heure et demie du château, vous est proposée pour un groupe (maximum 10 personnes) au tarif forfaitaire de 200€. Réservation uniquement par téléphone au 06 74 30 66 64.

Cette visite vous ouvrira les portes: du grand salon, du salon bleu, du salon chinois,de la bibliothèque, de la salle à manger et des écuries.

Nos hôtes séjournant au château ont accès au salon bleu, au salon chinois, à la salle à manger et aux écuries.

« Le château de Chantore fut bâti en 1780 par un seigneur de Chantore. Le dessin, les plantations du parc très riche en arbres exotiques, sont dus à M. Angot, député d’Avranches, qui y passa une partie de sa vie dans le charme de relations élégantes et intellectuelles.
Ce fief de la Roussellière avait appartenu à la Maison de Guiton jusqu’au XVIe siècle. On a prétendu que cette Roussellière, ou terre de Roussel, avait été le berceau d’un Roussel, guerrier de la conquête, tige des ducs de Bedfort, et ancêtre de lord John Russel. Toutefois ce nom ne figure pas dans le Domesday, mais il est dans la liste de Duchesne sous la forme de Roussel.
L’ancien château était dans les prés, au bord du Lerre, où quelques débris en rappellent encore le souvenir. Auprès, dans la cour de la Champagne, fut trouvé un trésor, il y a quelques années. Par un contraste assez ordinaire alors, un Roussel était parmi les défenseurs du Mont-Saint-Michel contre les Anglais. il était sans doute de ces Roussel qui donnèrent leur nom à une sergenterie d’Avranches, où Montfaut les trouva nobles; Leurs armes étaient d’argent à deux anilles d’or sur un chef de gueules. » Edouard le Héricher Avranchin Monumental et Historique

Dès vos premiers pas…
…dans le vestibule du château, un élégant décor XVIIIème vous transportera dans le temps.

Vous pourrez flâner au milieu des sculptures du salon chinois, ou lire un roman dans le salon bleu, confortablement installé dans un cabriolet d’époque Louis XVI.

Après une belle nuit, vous descendrez dans la salle à manger, où votre petit-déjeuner vous attend, au milieu de la galerie de portraits XVIIème et XVIIIème.

Architecture de style Louis XIII du Château de Chantore:
snapseed-18Parmi les caractères généraux rappelant l’architecture de style Louis XIII (1610-1643) on peut noter:

-Contraste polychrome des matériaux: brique, pierre et ardoise.

-Avant-corps surmonté d’un fronton brisé à volute.

-De hautes toitures pentues.

-De grands panneaux rectangulaires clairs.

-Les lucarnes sont rectangulaires.

-Les montants et traverses des fenêtres sont en bois avec des châssis de menuiserie.

-Escalier extérieur arrière de forme dite en fer-à-cheval.


































































































Revenir en haut Aller en bas
http://romy50300.skyrock.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Chateaux Français   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Chateaux Français
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Trévarez
» Méthode bilingue : Le français par le breton. LE BOZEC. 1933
» La gastronomie française classée au patrimoine de l'Unesco.
» Disparition inquiétante d'un jeune couple de Français en Bolivie
» [Architecture] Fédération Française de Surf de Joly & Loiret

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Roses de l'amitié :: Les Châteaux-
Sauter vers: