Les tombes des pharaons

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les tombes des pharaons

Message  Romy50300 le Jeu 30 Jan 2014 - 18:49

Les photos présentées ici couvrent les trois zones décorées de la tombe KV 22 après sa restauration.




AMENHOTEP III






Amenhotep (Aménophis) III est le fils et successeur de Thoutmosis IV et le père du futur Amenhotep IV - Akhenaton. Il monte sur le trône vers l'âge de 12 ans. Son nom de naissance complet est Amenhotep-Heqawaset c'est à dire "Amon est satisfait - A la tête de Thèbes". Son nom de couronnement Neb-Maat-Re qui peut se traduire de différentes façons, notamment "Ra est maître de la Maat".
Le règne est long, de 36 à 40 ans selon les sources. Il s'agit d'une période de paix et de prospérité, avec une très faible activité militaire, le roi préférant la diplomatie de l'or notamment au Proche Orient. Apogée des arts, vaste programme de construction dans tout le pays...ce règne marque l'apogée de la civilisation égyptienne et le début de son déclin.
Les successeurs d'Amenhotep III et de son fils Akhenaton devront fournir des efforts militaires considérables pour rendre son empire -tronqué - à l'égypte et ce sont des militaires - Horemheb puis les Ramessides - qui monteront sur le trône du Double Pays.

Amenhotep III s'était fait édifier sur la rive Ouest du Nil à Thèbes un immense Temple de millions d'années, le plus grand jamais construit. Pour des raisons qui nous échappent, celui ci fut rapidement démantelé par les souverains ultérieurs et tout ce qu'il en reste sont les deux célèbres colosses de Memnon. Des fouilles sont entreprises depuis quelques années dans la zone située derrière ceux ci, qui permettent d'exhumer régulièrement des fragments de reliefs ou de statues qui ne peuvent donner qu'une idée bien partielle de la splendeur qu'a été ce monument.

Son palais civil personnel fut aménagé par le roi sur la même rive, à Malgatta. Le site est aujourd'hui arasé mais on devine encore de ci de là les restes de murs en brique crue, et des fragments de mosaïque colorée surgissent parfois du sable. Devant ce palais, le roi avait fait creuser un vaste lac, le Birket-habou, relié au Nil par un canal. Comme son temple, le palais est le plus vaste jamais construit par un roi d'égypte.

Le roi ne fut pas en reste pour construire aussi sur la rive Est du Nil. Il fit continuer le travail commencé par Hatchepsout au temple de Louxor, et transforma cet édicule en un vaste et prestigieux monument tel qu'on peut encore le voir aujourd'hui. Il fit construire l'allée de sphinx reliant ce temple à celui de Karnak. Dans ce dernier, il fit un travail considérable avec notamment l'ajout d'un pylône.

Il s'ajoute à ces travaux à Thèbes les autres monuments qu'il a fait élever dans toute l'égypte et jusque loin dans le Soudan.

Cette oeuvre monumentale gigantesque ne rend que plus incompréhensible l'état de sa tombe dans la Vallée des Rois.
Amenhotep III a choisi de rompre avec la tradition en choisissant la Vallée de l'Ouest et non la Vallée principale pour sa sépulture. Aucun aménagement particulier ne signale le monument, dont l'entrée n'est guère qu'un trou dans le sol, mais peut être voulait on ainsi, vainement, essayer de dissimuler l'entrée? Et nous verrons que si, du point de vue architectural, un travail considérable (et de qualité) a été effectué, il n'en est pas de même pour le programme iconographique.

PETITE HISTOIRE DE LA TOMBE KV 22

La tombe KV 22 (pour King Valley) ou WV 22 (pour West Valley) fut donc creusée dans un Ouadi situé perpendiculairement à l'axe principal de la vallée. Il est intéressant de noter que la seule autre tombe dans ce secteur est celle de Aÿ, pharaon qui clôturera la période amarnienne et dont on a tout lieu de croire qu'il occupa la tombe prévue initialement pour Toutankhamon se rapprochant ainsi du dernier pharaon "orthodoxe" dont il se voulait le continuateur.
Le monument fut officiellement découvert pendant l'Expédition d'égypte de Bonaparte par Jollois et Devilliers. Ultérieurement, Theodore M. Davies y fouilla entre 1905 et 1914 sans laisser de rapport de ses activités. En février-mars 1915, le travail fut continué et achevé par Howard Carter.

Depuis septembre 1989, la tombe est restaurée par une équipe de l'Université Waseda (voir ICI). Celle ci est maintenant achevée, mais l'état de la tombe demeure préoccupant avec des fissures persistantes qui la rendent instable. Elle reste donc fermée au public pour l'instant.
En 2004, un rapport UNESCO concernant les phases I et II du projet a été publié mais est resté confidentiel (il est pourtant accessible, voir bibliographie).



DESCRIPTION GéNéRALE



Plan de la tombe


La tombe semble avoir été commencée pour Thoutmosis IV dont le nom a été retrouvé sur des dépôts de fondation. Mais c'est bien Amenhotep III qui a fait effectuer l'essentiel du travail et compléter le creusement et la décoration. Il est possible mais pas certain que les deux épouses principales du roi Tiy et Satamon aient été pressenties pour être enterrées ici.
Le sarcophage qui se trouvait dans la chambre funéraire a ultérieurement en a été retiré dès l'antiquité pour être ré-employé. A l'époque de Smendes, la momie du roi a été retirée de la tombe après son pillage et transportée avec d'autres dans la tombe KV 35. Des restes d'enterrements tardifs dont témoignent des fragments de sarcophage en bois sont datés de la Troisième Période Intermédiaire.

Le modèle général de la tombe est inspiré de celui de Thoutmosis IV (tombe KV43). Comme celle de son père, la tombe d'Amenhotep III présente deux changements d'axe presque à 90°, mais dans des sens différents (gauche-droite chez Amenhotep; gauche-gauche chez Thoutmosis).
Dans les deux cas, la chambre funéraire n'est pas décorée et est flanquée de deux pièces latérales de grande taille (peut être destinées à l'enterrement de Tiy et de Satamon), avec un pilier unique et leurs propres annexes. Au niveau de la base de la salle du Puits, une chambre additionnelle est creusée selon l'axe de la galerie, mais elle est dirigée vers l'entrée chez Amenhotep et dans le sens opposé chez Thoutmosis.

Les corridors d'entrée et la salle du puits ont une orientation canonique Est-Ouest, puis une brisure d'axe à 90° vers la gauche survient au niveau de la première salle à piliers; l'axe devient alors Sud-Nord vers l'antichambre. A l'entrée de la salle funéraire, l'axe tourne encore à 90°, cette fois vers la droite pour redevenir Est-Ouest.

Depuis l'entrée on a ainsi parcouru 90m, sur 24m de déclivité, pour atteindre le sarcophage.

Organisation générale de la décoration :





Plan isométrique de la tombe



• Corridors d'entrée et escaliers (A-D): non décorés.
• Salle du Puits (E): scènes devant diverses divinités.
• Pièce au fond du puits (Ea): non décorée.
• Première salle à piliers(F): non décorée.
• Corridor et escaliers (G-H): non décorés.
• Antichambre (I): Scènes devant différentes divinités.
• Chambre funéraire(J): scènes de l'Amdouat;
piliers avec Amenhotep III devant différentes divinités.
• Annexe (Ja): non décorée.
• Annexe (Jb-Jbb): non décorée.
• Chambre secondaire (Jc-Jcc): non décorée.
• Chambre secondaire(Jd):non décorée.
• Chambre secondaire (Je): non décorée.




CORRIDORS D'ENTRÉE ET ESCALIERS [ A-D ]



Courtesy of Les and Shirley Brown



Entrée...





A peine un trou
dans le sol.




Il est étrange de penser lorsqu'on se trouve devant ce trou à peine discernable dans la base de la falaise qu'il s'agit de l'entrée de la tombe d'un des plus grand pharaon que l'égypte ait jamais connue.

On descend dans la tombe par une volée de marches très raides (A) qui nous emmènent dans un corridor en pente douce(B). Puis de nouveau un escalier raide de 16 marches (C) amenant à un corridor toujours en pente relativement douce (D) qui nous conduit à

ce qu'on a coutume d'appeler la "Chambre (ou Salle) du Puits"(E).
A ce stade, nous avons parcouru 36m et sommes descendus à 14m sous terre.

Toutes les parties que nous venons de traverser sont absolument anépigraphes.
Enfin, nous arrivons à la première pièce décorée : la salle du Puits

SALLE DU PUITS [ E et chambre annexe Ea ]

La salle mesure 4,4m de large pour 3,6m de long. La hauteur sous plafond si le plancher avait existé aurait été de 2,5m. Le puits est profond de 5,9m à partir du pseudo plancher. Cette pièce est en effet creusée à sa base par un puits qui lui donne son nom. Les spécialistes ne sont toujours pas d'accord pour savoir la signification exacte de cette salle. Trois explications valables, non exclusives, sont proposées. Le puits aurait pu d'abord servir à décourager les voleurs. Ainsi chez Amenhotep III comme chez Thoutmosis IV, le corridor conduisant aux parties plus profondes de la tombe avaient été maçonné dans l'espoir que les pillards croient être dans un cul de sac, en vain bien sûr.
Le puits pouvait ensuite servir à empêcher les dégâts des eaux de ruissellement entrant dans la tombe au moment des rares mais très violents orages de la région. Mais alors pourquoi creuser une pièce à la base du puits?
Enfin une explication symbolique, qui a pu apparaître secondairement à l'idée de la retenue des eaux, est une connexion de cette pièce à l'océan primordial, le Noun.

A la base du puits, on trouve une pièce non décorée (Ea), dont l'accès se situe sur la paroi Est. Elle mesure 5m de large à son entrée et 3,5m au fond. Elle a 6m de long et une hauteur sous plafond de 2,5m.

Revenons à la salle elle même.
Comme on l'a dit plus haut, l'ouverture conduisant au corridor suivant avait été maçonnée puis recouverte d'une couche de plâtre afin d'essayer de la camoufler. Puis ici, comme sur les des parois longitudinales Nord et Sud également recouvertes de stuc, une décoration peinte, non sculptée fut appliquée sur un fond bleu-gris. Ce même fond sera repris plus tard dans la tombe de Horemheb KV57, puis dans celle de Ramses I.
Dans l'intervalle, Toutankhamon et Ay seront revenus à un fond jaune ocre.
Au sommet des murs, on trouve la classique frise de Khakérous. Elle est séparée des scènes sous-jacentes par une ligne épaisse comportant une bande de rectangles colorés. Cette ligne se prolonge verticalement aux angles de la pièce. Ainsi sont symbolisés le ciel et ses étais.

Dans chacune des figurations d'Amenhotep, il est surmonté par une figuration de la déesse Nekhbet : un vautour à une aile déployée au dessus de lui et tenant dans ses serres le signe shen. En dessous des scènes, et à quelque distance du plancher, on trouve deux bandes jaunes et rouges.
Le plafond présente un fond bleu nuit tapissé d'étoiles jaunes. Ainsi par exemple la vue au plafond de la sortie.



MUR NORD (à gauche)




Mur Nord (gauche) de la salle du puits. Photocomposition réalisée à partir des images du diaporama N°1


Quatre scènes se succèdent depuis l'entrée. La première est très intéressante et novatrice: Amenhotep III est accompagné et protégé par le Ka de son père Thoutmosis IV et accueilli par la déesse Hathor. Le ka porte dans sa main droite une plume de Shou, tandis que de la gauche il tient un long bâton.
On retrouvera cette scène du roi accompagné du Ka déifié dans les tombes de Toutankhamon et de Ay, mais dans ces deux cas ce sont les propres Kas des défunts qui les accompagnent. Dans les trois scènes suivantes, le roi reçoit le signe Ankh successivement d'Anubis, la déesse de l'Ouest et Osiris.



MUR SUD (à droite)





Mur Sud (droit) de la salle du puits. Photocomposition à partir du diaporama N°2



On retrouve pareillement quatre scène, avec une introduction du roi par le Ka de son père, mais cette fois devant la déesse Nout. Les trois autres scènes sont identiques à celles du mur controlatéral.
On remarquera les lacunes carrées à bords nets. Il s'agit d'actes de vandalisme commis au XIXème siècle. Les fragments de parois ainsi détachés sont exposés dans différents musées. Et il faut dire que le Louvre possède toujours trois de ces portraits qui seraient bien mieux à leur place dans la tombe.
Au passage, nous pouvons voir un caractère stylistique typique du règne d'Amenhotep III : les yeux largement fendus en amande, et très relevés vers le haut.









Les trois portraits du roi actuellement au Louvre




MUR EST (dans le fond)




Mur Est (fond) de la salle du puits.


A l'origine il y avait six scènes mais deux étaient placées sur l'ouverture replâtrée conduisant vers le corridor suivant et sont donc perdues puisque le mur a été détruit par les pillards pour accéder aux salles plus profondes. Seule une petite portion persiste au dessus de l'ouverture (vue).
Sur les quatre scènes résiduelles, on voit Amenhotep recevant l'Ankh de la Déesse de l'Ouest puis d'Anubis.
La scène restante à l'extrême gauche de l'ouverture montre le roi recevant la vie de Hathor (vue en coin).

PREMIERE SALLE À PILIERS [ F ]

La pièce mesure 6,2m de large pour 10,25m de long, avec une hauteur sous plafond de 2,5m. A partir de cette pièce, l'axe change comme nous l'avons vu. Un brusque coude sur la gauche fait passe l'orientation de Est - Ouest à Sud - Nord. Dans ce nouvel axe, deux piliers se détachent. Disposés à égale distance, ils ont un section d'environ 1m carré.
On quitte la pièce par un escalier taillé dans le plancher à l'angle Nord - Ouest de la pièce, à gauche du second pilier.

Cette salle est anépigraphe et le creusement du côté Sud - Ouest de la paroi n'a pas été jusqu'au plafond sur toute sa longueur.

CORRIDORS ET ESCALIER [ G-H ]



On poursuit son chemin en quittant la première salle à piliers par un escalier raide qui nous amène à un autre corridor (G), puis de nouveau un escalier escarpé (H), pour aboutir à l'antichambre (I). Entre la salle à piliers et l'antichambre il y a 17m, mais une différence de niveau de 9m entre les deux planchers. Nous sommes maintenant à environ 23m de profondeur. Les deux escaliers et le corridor se terminent tous trois par des portes mais restent complètement anépigraphes.





Graffiti


A droite de l'entrée de l'antichambre on a retrouvé un petit graffito hiératique qui dit "An trois, troisième mois de la saison Akhet, jour sept". La signification de cette inscription reste mystérieuse, car si elle marque le jour de l'enterrement du roi, elle ne peut pas faire référence au règne d'Amenhotep III. Certains y ont vu un argument pour une corégence avec son fils Amenhotep IV qui n'était pas encore Akhénaton.

ANTICHAMBRE [ I ]



La pièce mesure 3,8m de large pour 5,1m de long, avec une hauteur sous plafond de 2,65m. La porte dans le mur arrière (Nord)
avait été scellée immédiatement après l'enterrement, puis recouverte de plâtre et rapidement peinte.
Comme dans la chambre du puits, seuls trois murs sont décorés ici., à gauche (Ouest), à droite (Est), et le mur arrière au fond, qui fait face au visiteur à l'entrée.
Chaque mur présente le même schéma décoratif que celui de la salle du puits. Au sommet nous retrouvons donc la frise de Khakérous reposant sur une épaisse ligne ponctuée de rectangles, qui se poursuit sur les côtés. Et là encore la déesse vautour Nekhbet au dessus des figurations du roi. Le même motif d'étoiles sur fond bleu nuit orne le plafond.



MUR OUEST (à gauche)






Mur Ouest (gauche) de l'antichambre. Photocomposition d'après diaporama N°3



Six scènes sont successivement représentées. La première à partir de l'entrée montre le souverain recevant le signe Ankh de la déesse Hathor. Les autres scènes le montrent avec Nout, avec la déesse de l'Occident, avec Anubis, de nouveau avec Hathor et enfin avec Osiris.



MUR EST (à droite)


[Désolé mais nous ne disposons pas encore de toutes les photos de ce mur actuellement.]


Mur Est (droit) de l'antichambre. Photocomposition.





Ce mur est très endommagé mais on reconnaît qu'il comportait lui aussi six scènes qui devaient être très superposables à celles de son vis à vis, avec les mêmes divinités.



MUR NORD (au fond)





Mur Nord (fond) de l'antichambre.


A l'origine ce mur comportait quatre scènes divisées en deux groupes, deux faisant face au Nord et deux au Sud. Les deux scènes à main droite se trouvaient recouvrir l'ouverture d'accès à la chambre funéraire et ont donc quasiment disparu quand le mur a été éventré par les pillards. Elles montraient le roi et son ka (ou celui de son père) devant Nout puis devant Hathor. Seul persiste la partie supérieure du tableau (vue).
Dans les deux scènes restantes, à gauche, on voit Amenhotep III devant la déesse de l'Occident puis devant Anubis qui lui tendent le signe Ankh à la narine.
Vous pouvez vous rendre compte du travail accompli par les restaurateurs sur cette composition avant/après.



CHAMBRE SéPULCRALE [ J ]


On pénètre dans l'angle Sud-Ouest de la salle à piliers de la chambre funéraire en descendant deux marches. La porte n'est pas décorée.
Cette nouvelle pièce présente la seconde rupture d'axe de la tombe puisque cet axe tourne sur la droite de 90° pour revenir à celui d'origine Est-Ouest. Remarquons que si on avait opéré une seconde rotation dans la même sens que la première, le sarcophage se serait retrouvé à l'Ouest comme chez Thoutmosis IV, une situation qui semblerait plus logique symboliquement.




La chambre sépulcrale
et ses annexes



ARCHITECTURE



La chambre sépulcrale a deux niveaux.
La partie supérieure comporte six piliers disposés en deux rangs de trois alignés le long du nouvel axe Est-Ouest. Entre les deux piliers les plus à l'Est un escalier de cinq marche descend vers la plate-forme en contrebas sur laquelle reposait autrefois le sarcophage. La largeur de la salle est d'environ 8m pour une longueur de 15,5m (environ 10m pour la partie avec piliers).
La hauteur sous plafond est de 3m dans la salle à piliers et de 4,6m dans la zone basse.
Les murs Nord et Sud de la salle à piliers comportent des ouvertures vers des chambres latérales (Ja et Je). A partir de la plate-forme, trois autres ouvertures mènent à d'autres chambres latérales: Nord (Jb et Jbb), Est (Jc et Jcc) et Sud (Jd). Voir détails sur ces chambres ci dessous.
On trouve également dans les murs de cette partie basse quatre niches destinées à accueillir les "briques magiques", deux sur le mur Est et deux sous chacun des deux derniers piliers présents à l'étage du dessus (vue 59 et vue 60).

Le sarcophage lui même devait être posé sur des blocs car deux petites tranchées parallèles on été évidées dans le sol de la pièce du bas. Actuellement, seuls le couvercle du sarcophage et quelques fragments, en granit rouge, sont encore visibles.
Au Sud-Est de cette zone, un petit puits a probablement servi pour le coffre contenant les vases à canopes.
Les murs ainsi que les faces des piliers étaient décorés, mais ce décor a presque disparu. Le plafond également, qui comportait l'habituel fond bleu semé d'étoiles (vue 86).



PROGRAMME DÉCORATIF

Les murs étaient plâtrés et couverts de deux versions peintes du Livre de l'Amdouat, l'une complète, l'autre abrégée. Chacune débute à l'extrémité gauche du mur Nord et se déroule ensuite dans le sens des aiguilles d'une montre.
Les murs ont beaucoup souffert, notamment les parties basses, et une grande partie de leurs décors ont disparu.
La couverture photographique ci dessous n'est pas complète, mais donne tout de même une bonne idée de l'ensemble.








Mur Nord











Mur Est






Mur Sud



Localisation incertaine























DÉCORATION DES PILIERS




Ils sont au nombre de 6, déterminant ainsi 24 faces.

Seule une des faces est restée quasiment intacte (voir pilier complet et à droite).
Au dessus de chaque face de pilier, le hiéroglyphe du ciel est représenté ainsi qu'une frise de Khakérous. Ici encore, chaque figuration du souverain est surmontée par un vautour tenant dans ses serres un signe shen d'éternité. Une ligne de rectangles colorés entoure chaque scène en haut et sur les côtés tandis qu'en bas on retrouve une double ligne jaune et rouge.

Le carroyage initial fait de lignes rouges dont se servaient les artistes pour cadrer leurs représentations est encore focalement visible.
Certains piliers sont très endommagés et ici encore des vandales ont découpé les figures de certaines des représentations. On peut cependant remarquer sur la photo centrale que le visage d'Hathor qui avait été découpé a pu être récupéré et remis en place.

Les figurations d'Amenhotep font face à diverses divinités (Hathor, Osiris, la déesse de l'Occident et Anubis) selon l'ordre suivant :

• sur toutes les faces Sud (à droite sur le plan ci contre) on trouve la déesse de l'Occident.

• sur toutes les faces Nord (à gauche sur le plan) on trouve Hathor.

• les deux autres faces montrent Osiris sauf la face Ouest du 5ème pilier (à l'opposé du sarcophage) et la face Est du 6ème pilier (regardant le sarcophage) qui sont réservées à Anubis.






Diaporama N°4 montrant 16 des 24 faces des piliers



SALLES ANNEXES DE LA CHAMBRE SéPULCRALE [ Ja-Je ]

Veuillez vous référer au plan ci dessus pour leur localisation.

Chambre Ja
Son accès se fait par une ouverture au centre du mur Nord. Elle mesure 3,7m de large pour 2,6m de long avec un plafond à 1,7m. Son plancher est en contrebas de celui de la pièce précédente. Elle n'est pas décorée.

Chambres Jb et Jbb
On rentre dans cette pièce non décorée par une ouverture dans le mur Nord de la plate-forme du sarcophage. Elle mesure 8,4m de large et 7,5m de long avec une hauteur sous plafond de 3m. Le niveau du sol est environ 70cm plus bas que celui de la plate-forme. Un pilier unique de 70cm carrés est présent en son centre. Cette pièce semble avoir été agrandie pour accueillir la dépouille de Satamon, épouse et fille du pharaon.
Le mur Est de cette pièce est lui même percé d'une ouverture conduisant vers une petite chambre (Jbb)de 4,2m de large pour 2,7m de long, avec un plafond à 1,9m. Le sol est lui aussi surbaissé par rapport à la chambre précédente.

Chambre Jc et Jcc
Il s'agit également d'une pièce assez vaste dont l'ouverture se trouve sur le mur Est de la plate-forme du sarcophage, juste à côté du mur Nord. Elle mesure 6,3m de large sur 7,8m de long avec une hauteur de plafond de 2,9m. Le sol est 65cm plus bas que celui de la salle précédente.
Un pilier de 90cm carré de section est présent, décentré vers le coin Sud-Ouest.
Les murs et le pilier de cette pièce ont été plâtrés et comportent une décoration de Khakérous au dessus de l'entrée et sur le mur Nord.
L'ouverture réalisée dans le mur Est, à sa jonction avec le mur Sud, conduit à une autre petite pièce (Jcc) de 3,8m de large sur 3,1m de long, avec un plafond à 2m.
Ici aussi, le sol est légèrement en contrebas.

Chamber Jd
Petite pièce dans laquelle on rentre par une ouverture située dans le coin Nord du mur Est Ses dimensions sont de 4,5m de large, 2,6m de long, et 1,7m de haut. Le sol est au même niveau que celui de la plate-forme du sarcophage.

Chambre Je
On rentre dans cette petite pièce par une ouverture située au centre du mur Sud de la salle à piliers. Elle mesure 2,6m de large et 3,6m de long, avec un plafond à 1,7m et un plancher surbaissé par rapport à la salle d'origine.




SARCOPHAGE ET RESTES DIVERS





Momie et sarcophage
interne d'Amenhotep III





Couvercle du sarcophage
voir aussi diaporama N°5


Dans la chambre sépulcrale on n'a trouvé que des fragments du couvercle du sarcophage en granit rouge d'origine.
Suite aux pillages de la nécropole, les prêtres d'Amon de la XXIème dynastie ont décidé de retirer la momie de la tombe pour la mettre en sécurité dans la tombe KV 35 d'Amenhotep II, où elle sera redécouverte par Victor Loret en 1898.
La momie était très endommagée, la tête détachée du corps, mais le sarcophage interne en bois était dans un état satisfaisant. Voyez le Theban Royal Mummy Project pour plus de détails. [NB : actuellement les identifications de plusieurs momies royales sont mises en doute, dont celle d'Amenhotep III]
Un fragment du coffret à canopes en calcite d'Amenhotep III a été retrouvé dans la chambre sépulcrale.

Aucun des rares éléments du mobilier funéraire du roi encore présent dans la tombe n'a été retrouvé intact. Néanmoins on a tout lieu de penser que ce mobilier devait être proche de ce qui a été retrouvé dans la tombe de Toutankhamon.
Comme déja signalé, il est possible, mais sans aucune certitude, qu'une des deux épouses principales du roi, Tiy ou Satamon ait été enterrée dans cette tombe même si le roi lui même l'a certainement été.

CONCLUSION

En analysant le programme décoratif de la tombe d'Amenhotep III, comme d'ailleurs celui de la tombe de son père Thoutmosis IV, on ne peut qu'être frappé par sa relative pauvreté et son caractère stéréotypé tandis que le creusement de cette énorme syringe est achevé et très bien fait.

Les grandes représentations du souverain et des divinités occupent des pans entiers des murs, réduisant d'autant le répertoire des scènes. Leur aspect juvénile est caractéristique de la fin du règne. Si leur réalisation est soigneuse, elle n'a cependant rien d'exceptionnel. De plus aucune des scènes n'a été gravée.
Tout cela augure d'un travail fait à la hâte et dans un temps limité, peut être celui séparant la mort du roi de ses funérailles.

Pourtant, vu la longueur et la richesse du règne, la tombe aurait très bien pu être complétée du vivant du roi.
Nous touchons ici un problème qui n'est pas spécifique à Amenhotep III mais qui se retrouve à des degrés divers dans toutes les tombes royales : aucune n'est complète (même pas celle de Sethy I, où on sait pourtant que les travaux ont été activement menés du vivant du roi).
Les raisons de cet état de fait ont probablement varié au cours du temps, et restent discutées.
Il pourrait s'agir d'une volonté délibérée de ne pas représenter des images et des scènes qui, par leur caractère magique et la puissance dont elles sont investies, auraient pu nuire au roi sur terre, voire à l'équilibre du monde. On aurait ainsi attendu le décès du souverain pour, en hâte, les réaliser.
Ceci peut expliquer que la décoration soit inachevée au moment de l'enterrement : un jour, on a signifié aux décorateurs qu'ils devaient quitter la tombe, et ils sont partis.

Les pharaons ramessides, sans doute conscients de ce problème, semblent avoir changé de tactique, acceptant la représentation de certaines scènes, tandis que celles considérées comme les plus dangereuses n'étaient réalisées qu'après la mort du roi, limitant ainsi les registres inachevés.

Ce problème intriguant reste toutefois sans réponse formelle à ce jour.
avatar
Romy50300
Admin

Messages : 1603
Date d'inscription : 25/02/2012
Age : 46
Localisation : 50300 avranches

http://romy50300.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les tombes des pharaons

Message  Romy50300 le Jeu 30 Jan 2014 - 20:15


La tombe de Ramsès II


Les fouilles effectuées dans la tombe de Ramsès II depuis 1993, ont permis de libérer la presque totalité de la structure souterraine qui avait été soumise à une douzaine de pluies torrentielles. Aujourd’hui, seuls le puits [E], la « salle du/des char(s) » [F] et deux annexes [F1-F2] restent à dégager, avant que ne soit entrepris un important travail de restauration de cette tombe. Auparavant, il conviendra cependant de conforter la chambre funéraire dont le toit voûté ne repose plus sur aucun support, ces derniers (au nombre de huit) ayant éclaté jadis sous la contrainte des marnes gonflantes, lors des inondations successives. Plusieurs experts de génie civil ont examiné les lieux et des solutions ont été avancées. On espère que celles qui s’adapteront le mieux à la situation pourront être bientôt proposées au Conseil Suprême des Antiquités, afin de restructurer cet espace qui, ensuite, pourra être valorisé selon un projet sur lequel travaillent conjointement la MAFTO et l’INSIGHT. Parallèlement aux recherches archéologiques qui ont apporté un certain nombre d’informations sur l’histoire de cette sépulture, il fut également possible, au cours des différentes campagnes, d’établir l’identification du programme iconographique des corridors et des salles. Les principaux recueils funéraires attestés dans la tombe, sont les suivants : Litanies du Soleil, Livre des Portes, Livre de l’Amdouat, Livre des Morts, Rituel de l’Ouverture de la bouche et Livre de la Vache du ciel.

Pendant longtemps, une confusion a régné dans la communauté égyptologique à propos des chantiers mis en oeuvre par Ramsès II dans la Vallée des Rois. Deux tombes lui avaient été attribuées : la KV.7 située dans la partie basse du ouadi principal, et la KV.5 localisée dans le même secteur, mais creusée sur le versant opposé. Or, on sait pourtant, d’après le Papyrus des Grèves daté de l’an 29 de Ramsès III, que s’il y eut au moins deux sépultures aménagées dans Ta Sekhet Âat au temps de Ramsès II, l’une était la propriété du roi (KV.7), et l’autre, immense complexe funéraire de plus de cent chambres (KV.5), avait été préparée pour ses enfants, notamment ses fils. La tentative d’effraction à laquelle elles furent toutes deux soumises près de quatre-vingt ans après la mort de Ramsès II, et que mentionne précisément le texte du papyrus, ne fait que le confirmer.

La première (KV.7), celle destinée à Ramsès II, fut commencée dès le début du règne et nécessita sans doute une bonne dizaine d’années de travail. Creusée dans le calcaire mais aussi dans les marnes (tafflah), tout porte à croire que le chantier fut difficile à gérer, ce qui n’empêcha pas les artisans de trouver des solutions adéquates aux problèmes auxquels ils se virent confronter. C’est lors du dégagement de l’antichambre de la tombe, que nous devions comprendre la raison pour laquelle la structure formait à cet endroit, un angle droit, donnant l’apparence d’une sépulture coudée, c’est-à-dire d’un plan qui semblait renouer avec celui des sépultures royales antérieures au règne d’Akhenaton. En fait, les artisans ayant atteint les marnes, ne pouvaient plus continuer le creusement selon un axe unique, expliquant alors leur changement de direction vers l’est, où réapparaissait la veine calcaire. D’autres difficultés durent être surmontées, notamment lorsqu’ils furent amenés à creuser, en fin de chantier, la fosse de la chambre funéraire. Là encore, sous une faible épaisseur de calcaire, ils retrouvèrent les marnes, contre lesquelles il fallut appliquer d’épais stucs et des orthostates en grès, dont des vestiges furent retrouvés lors de la fouille. Toutes ces complications techniques n’ont pas pour autant interrompu le chantier qui fut finalement mené jusqu’à son aboutissement.

Comme presque toutes les tombes de la Vallée des Rois, celle de Ramsès II fut pillée à la fin de l’époque ramesside. La momie du roi, transférée dans un premier temps dans la tombe de son père (KV.17), fut ensuite déposée dans la célèbre cachette de Deir el-Bahari (DB.320). La tombe KV.7, dès lors abandonnée fut cependant visitée, bien des siècles plus tard, par des « touristes » de l’époque gréco-romaine, puis progressivement comblée à la suite de pluies torrentielles. C’est au consul britannique Henry Salt que l’on doit, d’après J. G. Wilkinson, les premières fouilles menées en 1817 dans les corridors de la tombe, travail interrompu après une soixantaine de mètres, et que reprendront un peu plus tard, en 1829, J.-F. Champollion et I. Rosellini (Expédition franco-toscane). Rampant sur les déblais, ils n’iront pas plus loin qu’une « salle à piliers » qui n’est probablement pas celle du sarcophage, mais plutôt celle que traverse le corridor [F], et que bordent effectivement quatre supports. R. Lepsius, qui pénétrera dans la tombe dans les mêmes conditions en 1844, dans le but avoué d’y retrouver le sarcophage royal, donnera cependant un plan précis des lieux qu’il aura le temps d’explorer jusqu’à la dernière chambre, mais sans y faire de découverte.  Plus tard encore, Harry Burton (1914), puis Howard Carter (1920) y effectueront des fouilles, sans parvenir pour autant à déblayer complètement la tombe.

Entre 1993 et 2003, dix campagnes furent effectuées par la MAFTO pour dégager les parties de la tombe non encore déblayées. C’est lors de ces missions que furent fixés plusieurs ancrages dans les plafonds pour stabiliser, dans les secteurs les plus déficients, la structure souterraine, et testés, avec le concours d’INSIGHT, certains procédés pour le relevé du décor et des textes. La fouille archéologique a permis de retrouver certains vestiges de l’équipement d’éternité de Ramsès II (nombreux fragments de son sarcophage en calcite malheureusement fracassé, vestiges du réceptacle aux canopes et du lit funéraire en pierre calcaire, couvercles et tessons de jarres d’offrandes, chaouabti partiel en anhydrite bleue, et orthostates en grès, décorés de bas-reliefs).









avatar
Romy50300
Admin

Messages : 1603
Date d'inscription : 25/02/2012
Age : 46
Localisation : 50300 avranches

http://romy50300.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les tombes des pharaons

Message  Romy50300 le Jeu 30 Jan 2014 - 20:29

Les tombes de Ramsès 3


La tombe de Ramsès III




A l'entrée sont sculptés des poteaux à têtes de bovidés, ou de bubales.





Selkis ?






En creusant cette tombe, les ouvriers sont arrivés au niveau du plafond de celle d'Amenmès.
Ils ont donc fait un coude, un décrochement vers la droite, avant de reprendre leur direction initiale.
Dans ce coude, les scènes sont magnifiques.
Ptah-Sokar-Osiris (Sokaris), suivi d'Isis ailée, est honoré par Ramsès III.




Encensoir et triple vase à libation.









C'est au tour de Ptah dans son naos.
La couronne du roi est très belle.





Présentation de Maât à Osiris.
Voir la couleur de la "couronne blanche".







En face, la couronne rouge... est jaune aussi.





Présentation du sceptre Sekhem à Anubis.




Meret offre un vase ... à personne, du fait du décrochement.






Une partie du "relief de Lepsius", relief qui fait toujours couler autant d'encre.
C'est une scène qui fait partie du livre des portes.





Les mauvais sont anéantis.
Livre des portes là aussi.




Les bons goûtent aux joies de l'au-delà ?
avatar
Romy50300
Admin

Messages : 1603
Date d'inscription : 25/02/2012
Age : 46
Localisation : 50300 avranches

http://romy50300.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les tombes des pharaons

Message  Romy50300 le Jeu 30 Jan 2014 - 20:52

Vallée des Rois - KV8 tombe de Merenptah - XIX e dynastie




le tombeau de Merenptah devenu modèle pour les tombes royales à la baisse des dynasties XIX et XX. Il se caractérise par la hache droite, des reliefs concaves et moins nombreux, par rapport à l'ancien hypogées, chambres auxiliaires. Les murs sont décorés avec des extraits de "le livre de la pègre", le plafond de la chambre funéraire porte symboles astronomiques. La momie du roi était niché dans les quatre sarcophages. Trois d'entre eux étaient de granit rose et la plus interne un -. D'albâtre Le troisième sarcophage avait été enlevé de la tombe pendant le XXI e dynastie pour l'enterrement de Psusennes I à Tanis. A la fin de la dynastie XX la momie a été déplacée à la tombe d'Amenhotep II - KV35 et découvert avec d'autres momies royales en 1898 par V ictor Loret .






Chambre funéraire avec couvercle de sarcophage.






A - entrée (des images de différents aspects du dieu soleil entouré par Isis et Nephtys)
B - premier couloir (image de roi avant Re-Horakhty et des scènes de la Litanie de Re)
C - deuxième couloir (scènes de la Litanie de Re)
D - troisième couloir (scènes de Amduat)
E - bien arbre (scènes de la Amduat et images de diverses divinités)
F - première salle hypostyle (Osiris sanctuaire, des scènes du Livre des Portes et des images du roi avant diverses divinités)
G - chambre de côté (des divinités)
Ga - salle de niche comme (dédié à Ramsès II)
H, J - couloirs inférieurs («ouverture de la bouche» cérémonie)
I - antichambre repositionné, jeté couvercle de sarcophage contre le mur (de scènes du Livre de la Morte)
K - chambre funéraire avec sarcophage (murs décorés de scènes du Livre des Portes et livre des cavernes; plafond astronomique peinte sur la voûte)
Ka, Kb, Kc Kd - quatre chambres latérales
L, La, Lb, Lc - quatre à l'arrière chambres







Momie de Merenptah
avatar
Romy50300
Admin

Messages : 1603
Date d'inscription : 25/02/2012
Age : 46
Localisation : 50300 avranches

http://romy50300.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les tombes des pharaons

Message  Romy50300 le Jeu 30 Jan 2014 - 21:28

Les tombes de la Vallée des Rois


Les  Tombes  de  KV1  à  KV14 Suite......  Suite des tombes de KV15 à KV35






 
Les numéros manquants sont des tombes aux propriétaires inconnus ----------->


WV22 - Tombe d'Amenhotep III
WV23 - Tombe d'Aÿ II
KV1 - Tombe de Ramsès VII
KV2 - Tombe de Ramsès IV
KV3 - Tombe d'un fils de Ramsès III
KV4 - Tombe de Ramsès XI
KV5 - Tombe des enfants de Ramsès II
KV6 - Tombe de Ramsès IX
KV7 - Tombe de Ramsès II
KV8 - Tombe de Mérenptah
KV9 - Tombe de Ramsès V et Ramsès VI
KV10 - Tombe d'Amenmes
KV11 - Tombe de Ramsès III
KV12 - Propriétaire inconnu
KV13 - Tombe de Bay puis, Amonherkhepshef et Montouherkhepshef
KV14 - Tombe de Taousert et Sethnakht
KV15 - Tombe de Séthi II
KV16 - Tombe de Ramsès I
KV17 - Tombe de Séthi I
KV18 - Tombe de Ramsès X
KV19 - Tombe de Montouherkhepshef et peut-être Ramsès VIII
KV20 - Tombe de Thoutmôsis I et d'Hatchepsout
KV32 - Tombe de Tiâa I (Épouse d'Amenhotep II)
KV34 - Tombe de Thoutmôsis III
KV35 - Tombe d'Amenhotep II
KV36 - Tombe de Maiherpri (Noble)
KV38 - Tombe de Thoutmôsis I
KV39 - Tombe d'Amenhotep I
KV41 - Tombe de Tétishery (?)
KV42 - Tombe de Méritrê-Hatchepsout (Épouse de Thoutmôsis III
KV43 - Tombe de Thoutmôsis IV
KV45 - Tombe d'Ouserhat (Noble)
KV46 - Tombe de Youya et Touya (ou Tyouyou)  parents de la Reine Tiyi I
KV47 - Tombe de Siptah
KV48 - Tombe d'Aménémopet (Vizir d'Amenhotep II)
KV55 - Tombe de Tiyi I (?) et cachette de Semenkhkarê/ Amenhotep IV (?)
KV57 - Tombe d'Horemheb
KV60 - Tombe de Satrê (Nurse d'Hatchepsout)
KV62 - Tombe de Toutânkhamon




KV1 ▪ Propriétaire : Ramsès VII (1136-1129, XXe dynastie)
▪ Découvert : Par Edwin C.Brock

  Le tombeau fut cartographié pour la première fois en 1737/38 par Richard Pococke, mais il ne sera fouillé qu'en 1906 par Edward Russell Ayrton et encore très succinctement. Il faudra attendre 1983, 1984, 1990 et 1994 pour qu'il soit correctement étudié et dégagé par l'égyptologue Edwin C.Brock. Le tombeau non fini comporte quatre pièces : Une rampe ouverte d'entrée donne sur une antichambre de 3,69 m x 13,71 m, puis un couloir de 3,17 m x 15,28 m donne accès à la chambre funéraire de 5,18 m x 8,53 m et une autre pièce non finie, de 3,13 m x 3,58 m, avec une cavité dans le fond. Les murs sont décorés des extraits : Du Livre des Portes, du Livre des Cavernes, du Livre de la Terre (Chambre funéraire), du rituel de l'ouverture de la bouche et de représentations du défunt avec des déités. Les plafonds sont peints avec des motifs de vautour en vol et des figures astronomiques. La momie de Ramsès VII n'a pas été encore identifiée.


KV2


▪ Propriétaire : Ramsès IV (1153-1147, XXe dynastie)
▪ Découvert : En 1718 par Claude Sicard



Sarcophage de Ramsès IV


  Le tombeau fut cartographié pour la première fois en 1737/38 par Richard Pococke, mais il ne sera fouillé qu'en 1906 par Edward Russell Ayrton. Deux plans du tombeau sont connus, un plan dessiné sur un papyrus aujourd'hui au musée de Turin et un croquis de la porte du tombeau, préservé sur un ostracon, trouvé par E.R.Ayrton dans les débris à l'entrée. Le tombeau comporte trois couloirs en pente douce suivis d'une petite pièce précédant la chambre funéraire. Au-delà de celle-ci un couloir latéral donne accès à une nouvelle chambre servant de magasin pour les objets funéraires. L'ensemble faisant une longueur totale de plus de 8 m 30. Le plus impressionnant dans cette sépulture est la largeur des couloirs pour faire passer l'un des plus imposants sarcophages de la nécropole.
 
  Ce n'est seulement que durant l'an 2 du Pharaon que l'emplacement de cette tombe fut enfin choisi par une commission royale, à l'entrée de la vallée des Rois. Les raisons ne manquent pas pour expliquer cette attente : La crise économique, les grèves des artisans, des incursions ennemies, des troubles politiques, l'insécurité de la région, la corruption etc... Pour rattraper le retard, les équipes de construction furent doublées, passant de 60 artisans à 120. De plus les architectes royaux simplifièrent le plan de la tombe afin d'économiser de précieux mois. Le plan originel du tombeau fut changé après la mort du Roi et la chambre qui aurait été une salle à colonnes sera employée pour la chambre funéraire.
  KV2 garde un excellent état de conservation et de ce fait sa décoration est pratiquement intacte. On trouve principalement des scènes des grands textes sacrés : Du Livre des Cavernes, pour la première fois dans la vallée des Rois, du Livre des Morts, des Litanies de Rê, du Livre de Nout et du Livre des Portes (chambre funéraire), des extraits de l'Amdouat, du Livre de la Nuit et enfin du Livre de la terre. On y voit aussi des cènes du défunt, des déités et des meubles funéraires (chambre latérale). La décoration unique à ce tombeau inclut la représentation de Shou et de Nout. Le dernier égyptologue à y avoir organisé des fouilles fut Howard Carter en 1920. Cette sépulture fut fréquemment visité dans l'antiquité et des graffitis sont dispersés dans tout le tombeau. Dont un grand nombre de graffitis Coptes. Généralement chaque visiteur a laissé son nom, sa profession, son origine et des commentaires personnels au sujet du tombeau. Le sarcophage a été cassé à une extrémité dans l'antiquité et le couvercle a été déplacé. On a retrouvé la momie du Pharaon dans le tombeau-cachette KV35, d'Amenhotep II, découvert en 1898 par Victor Loret.


KV3 ▪ Propriétaire : Un fils de Ramsès III (1184-1153, XXe dynastie)




▪ Découvert : Fouillé durant l'antiquité


  Le tombeau fut cartographié pour la première fois en 1737/38 par Richard Pococke, mais il ne sera fouillé qu'en 1904-1906 par Edward Russell Ayrton et James Edward Quibell, puis en 1912 par Harry Burton. Il s'agit du tombeau d'un des fils de Ramsès III (1184-1153, XXe dynastie), mais dont on ignore le nom. Le plan du tombeau est commun à ceux de la XXe dynastie. il fut creusé directement dans la roche avec pratiquement aucune descente au delà de l'entrée. Cette entrée mène à un couloir qui s'ouvre une salle à quatre colonnes avec de chaque côté des chambres latérales.
 
  Une salle à colonnes suit l'axe principal, celle-ci possédant aussi des chambres latérales. La chambre latérale gauche (Nord) fut terminée, tandis que celle de droite (Sud) fut représentée seulement par une porte, car son creusement fut abandonné. Sur le même axe principal, trois plus petites chambres occupent le fond du tombeau. La tombe au total s'étend sur une longueur d'un peu moins de 53,50 m.

   La décoration des bas-reliefs est toujours existante seulement dans le couloir. On pense que le reste était vraisemblablement basées sur les litanies de Rê. Le thème décoratif principal étant composé de représentations de Ramsès III suivi d'un Prince devant diverses déités. Un ostracon en hiératique, aujourd'hui au musée de Berlin enregistre qu'en l'an 28 de Ramsès III le tombeau fut dédié à un de ses fils. Cette tombe, plus tard, sera utilisée comme chapelle Chrétienne.


KV4 ▪ Propriétaire : Ramsès XI (1099-1069, XXe dynastie)




▪ Découvert : Fouillé durant l'antiquité


  Le tombeau fut cartographié pour la première fois en 1737/38 par Richard Pococke, mais il ne sera fouillé qu'en 1978 et 1980 par John Romer, bien que Howard Carter l'ait visité en 1923. Le tombeau n'a semble t-il jamais été utilisé par Ramsès XI. Après l'entrée trois couloirs en pente douce mènent à une première chambre et à la salle à colonnes. De la rampe de descente, un petit couloir mène à la chambre funéraire. La tombe au total s'étend sur une longueur d'un peu plus de 104 m.
 
  Le creusement de la salle à colonnes et de la chambre funéraire fut laissé inachevé et la décoration fut commencée seulement dans le couloir où une couche épaisse de plâtre jaunâtre reçut des croquis préliminaires à l'encre rouge représentant Ramsès XI avec des déités. C'est le dernier tombeau royal creusé dans la vallée des Rois. La sépulture est ouverte depuis l'antiquité et elle fut utilisé comme logement et écurie par les Coptes.


KV5 ▪ Propriétaire : Tombe des enfants de Ramsès II (1279-1213,
XIXe dynastie)
▪ Découvert : En 1825




Vue du couloir 11



  Le tombeau fut cartographié pour la première fois en 1825 par James Burton, mais n'a été fouillé qu'en 1987 par la mission Theban Mapping Project et son premier examen archéologique a été fait la même année par Kent Reid Weeks. C'est à partir de cette date que l'on s'aperçut que cette tombe était immense et exceptionnelle. On y découvre à chaque campagne de fouille de nouvelles salles. On n’en compte aujourd’hui plus de cent vingt. La tombe au total s'étend sur une longueur de 443,20 m. D'après les objets et inscriptions trouvées sur place, il s'agit de la sépulture des enfants de Ramsès II. Les dernières estimations indiquent qu'elle pourrait loger au moins 150 chambres, dont près de 50 pour les fils du Pharaon. Six fils royaux sont déjà connus pour avoir été enterrés dans cette tombe. Le tombeau a pu à l'origine avoir appartenu à un personnage de la XVIIIe dynastie et usurpé par Ramsès II comme lieu d'enterrement pour ses enfants.
  Malheureusement à cause de nombreuses inondations au cours des siècles la tombe s'est rempli de boue qui en séchant est devenue aussi solide que de la brique, d'où la lenteur des travaux. Le plan global de ce tombeau est peu commun, il y a un changement de l'axe principal du tombeau après la troisième salle, qui est à colonnes avec 16 piliers. Plusieurs chambres se trouvent sous d'autres chambres et deux couloirs se prolongent vers le Nord-ouest sous l'entrée et la route devant le tombeau. Il est décoré des scènes du rituel de l'ouverture de bouche et des représentations du Roi, des Princes et des déités. Il y a plus de vingt représentations des fils du Roi dessinées sur ses murs.


KV6 ▪ Propriétaire : Ramsès IX (1126-1108, XXe dynastie)
▪ Découvert : Fouillé durant l'antiquité





  Le tombeau fut cartographié pour la première fois en 1737/38 par Richard Pococke. Il a déjà été fouillé plusieurs fois, par Henry Salt en 1817 et la dernière fois par Georges Daressy en 1888. L'entrée se trouve sur un axe de Nord-ouest Sud-est. Son plan se compose d'une rampe d'entrée ouverte, puis trois couloirs successifs donnent sur une chambre. Celle-ci débouche sur une autre salle à colonnes non finie, avec une descenderie en son centre qui mène à la chambre funéraire. La tombe au total s'étend sur une longueur d'un peu plus de 105 m. Le tombeau est décoré notamment des scènes : Du Livre des Portes, du Livre des Cavernes, du Livre des Morts, du Livre de la Terre, du Livre de la Nuit et du rituel de l'ouverture de bouche. Il y a également des représentations du défunt avec des déités et un plafond astronomique. Friedrich Abitz a observé que lors de la mort de Ramsès IX, seulement deux couloirs avaient été plâtrés et un seul était peint. Après la mort du souverain, le plâtrage et peintures restants, du plafond et des murs du tombeau furent terminés précipitamment. Ce tombeau a une des plus grandes entrées de tous ceux de la vallée. Ce sera le dernier tombeau royal de la vallée a avoir eu toute sa décoration terminée. La momie de Ramsès IX fut découverte parmi d'autres momies royales dans la cachette de la tombe DB320 de Deir el-Bahari.


KV7 ▪ Propriétaire : Ramsès II (1279-1213, XIXe dynastie)
▪ Découvert : Fouillé durant l'antiquité




  Le tombeau fut cartographié pour la première fois en 1737-1738 par Richard Pococke, puis par James Burton en 1825. Il sera ensuite fouillé plusieurs fois, par Harry Burton en 1913-1914, puis par Charles Maystre en 1938, et en 1978 par une équipe du Brooklyn Museum, enfin en 1993 par Christian Leblanc. Le tombeau utilise un plan au sol abandonné depuis la fin de la XVIIIe dynastie. Il se compose d'une rampe d'entrée, puis de trois couloirs successifs en pente qui ouvre sur une chambre. Celle-ci donne dans une salle à colonnes avec deux chambres latérales. En son centre une descenderie mène sur deux couloirs qui aboutissent à une autre chambre. Dans cette dernière, un changement d'axe se produit vers la droite (Nord-est) et mène à la chambre funéraire, qui est en partie creusée dans une couche de schiste et à six chambres latérales adjacentes. La tombe au total s'étend sur une longueur d'un peu plus de 168 m.



Momie de Ramsès II


  L'entrée se trouve particulièrement basse dans la vallée, de ce fait elle a été vulnérable aux inondations. En raison des dommages qu'elles ont causées, une grande partie de la décoration des murs est endommagée ou manquante, mais la grande majorité des scènes a pu être reconstituée à partir des fragments qui existaient encore. Le tombeau est décoré avec des scènes : Du Livre des Portes, du Livre des Morts, du livre de la vache merveilleuse, des litanies de Rê, du rituel de l'ouverture de la bouche, ainsi que du défunt avec des déités et des représentations d'objets funéraires.
 
  Il y a plusieurs innovations architecturales et décoratives comprenant un retour au plan coudé et à une porte décorée. KV7 est un des plus grands tombeaux de la vallée, couvrant une surface de plus de 820 m2, la chambre funéraire à elle seule faisant 181 m2. La momie de Ramsès II fut retrouvée dans la cachette de la tombe DB320 de Deir el-Bahari, découverte en 1881. Le corps, superficiellement intact a été dégagé de ses bandelettes par Gaston Maspero le 3 juin 1886. Sous les bandages externes on a trouvé un registre en hiératique et une monture décorée d'une image de la Déesse Mout.


KV8 ▪ Propriétaire : Mérenptah (1213-1203, XIXe dynastie)
▪ Découvert : En 1737




Décoration de la tombe


  Le tombeau de Mérenptah est beaucoup plus simple que celui de son père Ramsès II. Il fixera d'ailleurs la norme pour la plupart des tombeaux qui seront construits dans la vallée. Il fut cartographié pour la première fois en 1737-1738 par Richard Pococke, puis par Karl Richard Lepsius et Carl Richard en 1844-1845, puis en 1903-1904 par Howard Carter et enfin en 1985-1988 par Edwin C.Brock. Il se compose de trois couloirs en pente qui mènent à une petite chambre et à la salle à colonnes avec une chambre latérale. En son centre une descenderie débouche sur un couloir en pente qui donne sur une chambre au-delà de laquelle un deuxième couloir descend dans la chambre funéraire. La tombe s'étend sur une longueur totale d'un peu moins de 165 m.





Le sarcophage de Mérenptah


  Cette chambre funéraire, voûtée, assez vaste, était soutenue par deux séries de piliers initialement décorés. Le tombeau est décoré avec des scènes : Des litanies de Rê, du Livre des Portes dont le chapitre final apparaît encore partiellement sur la paroi Nord, du Livre des Morts, du Livre de la Terre, du Livre des Cavernes (ou Livre des Enfers) dans la chambre funéraire, du rituel de l'ouverture de la bouche et des représentations du défunt avec des déités.




Momie de Mérenptah



  Le plafond de la chambre funéraire comporte des symboles astronomiques. Les inondations ont endommagé les piliers dans la chambre funéraire. La plupart des scènes au-delà de la salle à colonnes ont été détruites, excepté celles en hauteur et sur le plafond de la chambre funéraire. Cette dernière a plusieurs dispositifs uniques. Il y a les emplacements multiples dans les murs à l'avant et à l'arrière de la salle et elle possédait un ensemble de quatre sarcophages. Trois d'entre eux étaient en granit rose et celui contenant la momie est en albâtre.
 
  Afin d'introduire les sarcophages dans le tombeau, les montants des portes étaient creusés, puis remplacés par des blocs de grès. Le troisième sarcophage fut découvert par Pierre Montet, il avait été réemployé dans le mobilier funéraire de Psousennès I (1039-991) à Tanis. Il y figure le souverain représenté en Osiris. Le couvercle du deuxième sarcophage externe en granit a été remis à son emplacement initial dans la tombe. Il représente le Roi, en gisant, coiffé du Némès. Le couvercle du premier sarcophage externe, également en granit, a été retrouvé dans une des antichambres de la tombe. La momie de Mérenptah fut retrouvée dans la cachette de la tombe KV35, découverte 9 mars 1898 par Victor Loret, au milieu de 18 autres (dont certaines royales). Aujourd'hui, elle est également connue sous le nom de "Momie blanche", parce qu'elle a beaucoup de trace couleur blanchâtre. (voir photo ci-dessus)


KV9 ▪ Propriétaire : Ramsès V (1147-1143) et Ramsès VI (1143-1136, XXe dynastie)
▪ Découvert : Fouillé durant l'antiquité





  Le tombeau fut cartographié pour la première fois en 1737-1738 par Richard Pococke, puis par Robert Hay en 1824 et James Burton en 1825. Les premières fouilles seront faite par Georges Daressy. Cette sépulture, réutilisée par Ramsès VI, pour des raisons qui restent encore mystérieuses, était à l'origine construite pour son neveu Ramsès V. Elle se compose d'une rampe d'entrée, puis de trois couloirs qui sont suivis d'une chambre et de la salle à colonnes avec en son centre une descenderie qui donne sur deux couloirs inférieurs, puis sur une antichambre et la chambre funéraire, avec une dernière salle au fond. La tombe s'étend sur une longueur totale d'un peu moins de 117 m.
 
  Cette tombe présente sans doute le décor pariétal le plus complexe connu à ce jour. Elle est décorée : Avec des scènes du Livre des Portes, avec le Livre des Cavernes, le Livre de la Vache merveilleuse, le Livre des Morts, le Livre du Jour et le livre de la Nuit et le Livre de la Terre (Chambre funéraire). On y voit aussi le défunt avec des déités et une représentation de la résurrection d'Osiris. Le plafond de la salle à piliers est peint depuis l'entrée d'une magnifique voûte céleste. Presque mille graffitis en Grec, latin et Copte sont écrits au-dessus des scènes.
  Quand les couloirs et les chambres inférieures étaient en cours de creusement, les ouvriers ont accidentellement pénétré dans la chambre arrière du tombeau KV12, tombe dont le propriétaire reste inconnu. Il y a un puits dans le sol de la chambre funéraire, qui ne fut jamais terminé. Dans cette chambre ne subsiste aujourd'hui qu'un sarcophage brisé. D'autres trouvailles ont été faite par Edwin C.Brock en 1985, des poteries, des fragments d'oushebtis en bois et calcite et une pièce de monnaie de l'Empereur Romain Maximien (286-308).




  Ce tombeau était connu des Romains comme "Le tombeau de Memnon" et à l'expédition Napoléonienne en tant que "La Tombe de la Métempsychose". Les momies de Ramsès V et Ramsès VI furent trouvées dans la cachette de la tombe KV35 découverte en 1898 par Victor Loret. La momie de Ramsès V était dans un cercueil en bois blanc peint et celle de Ramsès VI dans un cercueil appartenant à l'origine au Grand Prêtre d'Amon, Menkhéperrê (1045-992).






KV10

▪ Propriétaires : Amenmes (1203-1199, XIXe dynastie) et la Reine Baketouarel (ou Baketwernel ou Baketourel, épouse de Ramsès XI)
▪ Découvert : Fouillé durant l'antiquité




Décoration du tombeau


  Le tombeau fut cartographié et étudié pour la première fois en 1737-1738 par Richard Pococke, puis étudié par James Burton en 1825, puis en 1825-1828 par John Gardner Wilkinson et enfin par Robert Hay 1825-1835. Les premières fouilles en 1907 seront faites par Edward Russell Ayrton qui identifie la sépulture comme celle d'Amenmes. Le tombeau sera étudié de nouveau en 1992-1999 par Otto James Schaden. Il se compose d'une entrée suivie de trois couloirs avec une petite chambre. Sur le mur droit (Ouest) du couloir une chambre latérale fut creusée mais ne fut jamais terminée. Le couloir suivant amène dans la salle à colonnes. Elle est suivie d'un couloir non fini, mais qui aurait débouché sur une chambre funéraire si les ouvriers avaient terminé leur travail. La tombe au total s'étend sur une longueur d'un peu plus de 105,30 m.




Autre vue des fresques très endommagées du tombeau


  La conception de ce tombeau, de l'entrée jusqu'à la salle à colonnes, est semblable à KV8, bien que les couloirs aient une pente un peu plus profonde. Le tombeau fut à l'origine décoré pour Amenmes, mais les textes et les figures ont été plus tard effacés et remplacés avec des scènes peintes sur du plâtre pour la Reine Takhat I (ou Tachat, sa mère ou sa femme) et pour la Reine Baketouarel, qui était l'épouse de Ramsès XI et qui furent enterrées dans ce tombeau.
 
  C'est pour cette raison que cette dernière Reine fut longtemps considérée comme une épouse d'Amenmes. Ce tombeau est un exemple de la réutilisation d'une sépulture royale pour l'enterrement d'une Reine avec le changement considérable de décoration qui s'imposait. Le tombeau est très endommagé et a subi de nombreuses restaurations en particulier pour consolider les piliers de la chambre funéraire. On y a trouvé un fragment du sarcophage de calcaire, des fragments d'albâtre et des vases canopes en calcaire, ainsi qu'une partie du couvercle du sarcophage de granit rouge, inscrit au nom de Takhat I.
 
  Des artéfacts provenant des tombes de Séthi I (1294-1279), des fragments d'oushebtis, et de Ramsès VI (1143-1136), des fragments de sarcophage, furent également mis au jour. Bien que les restes de trois momies furent mis au jour dans cette tombe, ceux de deux femmes et un homme, ils n'ont pu être identifiés avec certitude. On pense généralement que les momies des femmes seraient celles des Reines Takhat I et Baketouarel (ou Baketwernel ou Baketourel), l'épouse de Ramsès XI. Mais rien ne vient attester que celle de l'homme soit celle d'Amenmes. Les spécialistes pensent qu'il est probable que lorsque Séthi II récupéra le pouvoir il profana la tombe d'Amenmes et que, de ce fait, on ne retrouvera jamais sa momie, d'ailleurs elle ne faisait pas partie de celles retrouvées dans les deux cachettes découvertes en 1881 et 1901.



KV11





▪ Propriétaire : À l'origine commencé pour Sethnakht (1186-1184), mais terminé pour Ramsès III (1184-1153, XXe dynastie)
▪ Découvert : Fouillé durant l'antiquité





Décoration du tombeau



  Le tombeau fut cartographié pour la première fois en 1737-1738 par Richard Pococke, puis par James Bruce en 1769, puis par James Burton et Robert Hay en 1825. Les premières fouilles seront faites par Giovanni Battista Belzoni en 1816 et 1819. Ce tombeau fut dans un premier temps construit pour Sethnakht, mais fut abandonné quand il empiéta sur le tombeau voisin d'Amenmes, (KV10). Les travaux reprirent plus tard pour en faire la sépulture du Pharaon Ramsès III.




Autre vue des décorations


  Le plan de cette tombe commence par une entrée ouverte suivie de deux couloirs : Un avec deux chambres latérales, l'autre avec huit chambres. Au-delà du deuxième couloir le creusement d'un troisième, sur l'axe du tombeau, a traversé le plafond de la tombe KV10. Le mur fut alors creusé plus loin à l'Ouest, transformant ce couloir en chambre. La suite du couloir a son axe décalé à l'Ouest et a un plancher montant pour éviter de rencontrer une nouvelle fois le tombeau KV10.





Le sarcophage - Musée du Louvre


  Ce couloir est suivi par une chambre qui est partiellement dégagée. Puis on trouve la salle à colonnes avec une chambre latérale et sa descenderie centrale, qui donne sur un couloir ouvrant sur deux nouvelles chambres carrées et une grande chambre funéraire, avec quatre chambres latérales et trois chambres plus petites au fond.




Momie de Ramsès III


  La tombe au total s'étend sur une longueur d'un peu plus de 188 m. L'entrée, les deux premiers couloirs et la première chambre à l'origine portaient les noms de Sethnakht, mais ils furent modifiés pour mettre ceux de Ramsès III, pour qui le reste du tombeau fut terminé. Il est décoré avec : Les litanies de Rê, les extraits de l'Amdouat, le Livre des Portes, le rituel de l'ouverture de la bouche, le livre de la terre (Chambre funéraire), le Livre des Morts et le livre de la vache merveilleuse.
 
  On trouve aussi dans tout le tombeau des décorations montrant le Roi donnant offrandes à diverses déités. Il y a des représentations uniques dans les chambres subsidiaires, décorées de scènes peu communes, outre les deux premiers couloirs traitant des activités telles que : La préparation et la fourniture de nourriture et l'équipement funéraire. La momie de Ramsès III fut retrouvée avec d'autres momies royales dans la cachette de la tombe DB320 de Deir el-Bahari découverte en 1881.





KV12 ▪ Propriétaire : Inconnu
▪ Découvert : Fouillé durant l'antiquité

  Le tombeau fut cartographié pour la première fois en 1737-1738 par Richard Pococke, puis par Giovanni Battista Belzoni en 1817, puis par James Burton en 1825, suivi de John Gardner Wilkinson en 1825-1828. Les premières fouilles seront faites par Ernest Harold Jones en 1908-1909, puis par Howard Carter en 1920-1921. Ce tombeau fut utilisé à l'origine lors de la XVIIIe dynastie, puis pendant la XIXe dynastie et enfin pendant la XXe dynastie. Il a probablement été employé comme sépulture commune pour des membres de la famille royale, un peu comme KV5, mais sur un sur une échelle plus petite. Les bâtisseurs de KV9 en creusant la tombe ont accidentellement débouché dans ce tombeau. C'est son plan, en particulier ses chambres inférieures, qui suggère qu'il fut prévu pour des enterrements multiples. L'entrée légèrement excentrée s'ouvre sur une chambre avec un pilier simple, puis trois chambres latérales non terminées et un escalier, plutôt qu'un premier long couloir qui est typique des autres tombeaux de la vallée. Cette première chambre est suivie de deux couloirs, séparés par une chambre avec la descenderie. Le couloir s'ouvre sur une salle flanquée de quatre chambres latérales et une dernière chambre au fond. La tombe au total s'étend sur une longueur d'un peu plus de 92,30 m.




KV13 ▪ propriétaire : Le Chancelier Bay (XIXe dynastie), puis Amonherkhepshef et Montouherkhepshef
▪ Découvert : Fouillé durant l'antiquité



  Le tombeau fut cartographié pour la première fois en 1737-1738 par Richard Pococke, puis par James Burton en 1825. Les premières fouilles furent réalisées par Hartwig Altenmüller de 1988 à 1994. La tombe fut construite par Séthi II (1203-1194) comme sépulture pour le Chancelier Bay à son service et qui restera en fonction jusque sous le règne de Siptah / Taousert (1188-1186). Bay, qui d'après James Henry Breasted, est aussi identifié dans le Papyrus Harris Grand comme le Syrien Iarsou (ou Yarsou), va tomber rapidement en disgrâce à la cour et sa dernière apparition publique dans une inscription date de l'an 4 de Siptah. Il fut exécuté lors de la cinquième année du règne du Pharaon, sur ordre du souverain lui-même. La nouvelle de son exécution fut inscrite par les ouvriers de Deir el-Médineh sur un ostracon (IFAO 1254). Cette ostracon fut traduit et publié en 2000 par l'égyptologue Français Pierre Grandet. La note précisait aux ouvriers de cesser tout travaux sur le tombeau (KV13) de Bay de la vallée des Rois, qui avait été jugé comme un traître à l'État.

  Le tombeau fut semble t-il plus tard réutilisé pour Amonherkhepshef et Montouherkhepshef, deux fils de Ramsès III (1184-1153, XXe dynastie), pour Amonherkhepshef il y a peut-être confusion avec un fils de Ramsès VI du même nom. L'architecture et la décoration ressemblent étroitement à celle du tombeau de la Reine Taousert (1188-1186, XIXe dynastie, KV14). Il se compose de trois couloirs qui sont suivis de deux chambres, puis de deux autres couloirs flanqués de deux chambres latérales et qui débouchent sur la chambre funéraire. La tombe au total s'étend sur une longueur d'un peu plus de 71,30 m. Le tombeau a subi beaucoup de dommages et tous ses plafonds se sont effondrés. Les murs furent probablement décorés à l'origine avec du plâtre peint. De graves inondations ont détérioré le plâtre et aujourd'hui seulement quelques traces de la décoration demeurent dans certains endroits. Les vestiges de cette décoration représentent le défunt avec des déités et des parties du Livre des Morts. C'est l'un des rares tombeaux non-royaux creusé dans la vallée pendant la XIXe dynastie.


KV14 ▪ Propriétaire : Taousert (1188-1186, XIXe dynastie) et Sethnakht (1186-1184, XXe dynastie)
▪ Découvert : Fouillé durant l'antiquité Cliquez pour agrandir l'image

  Ce tombeau fut cartographié pour la première fois en 1737-1738 par Richard Pococke, puis par James Burton en 1825. Les premières fouilles furent réalisées par le Service des Antiquités en 1893-1895, puis par Hartwig Altenmüller de 1983-1987. Le tombeau fut commandé à l'origine par Séthi II (1203-1194), en l'an 2 de son règne, pour lui et son épouse, la Reine Taousert. La décoration initiale portait les cartouches du Roi, puis, lorsque la Reine régna seule après la mort prématuré de son beau-fils Siptah (ou Mérenptah, 1194-1188), elle les fit remplacer par les siens et voulu achever la tombe pour son propre compte. Mais elle décéda avant sa fin et les travaux se poursuivirent sous son successeur Sethnakht qui usurpa la sépulture et l'agrandit considérablement. La courte entrée ouverte est suivie de trois couloirs descendants décorés de bas-reliefs.


  On y trouve des scènes qui montrent la Reine Taousert accompagnant son beau-fils Siptah, celui-ci précédant diverses déités. Il y a aussi des représentations des gardiens des portails du royaume d'Osiris et du Livre des Morts. Les couloirs débouchent sur une chambre suivie par la salle à colonnes avec sa descenderie centrale. Il y a ensuite deux couloirs donnant sur une chambre et une autre salle latérale ouvrant dans le mur gauche (Sud) du couloir. Quelques spécialistes pensent que cette chambre était prévue au départ pour être la chambre funéraire.
 
  La première chambre funéraire est flanquée de deux rangées de quatre piliers. Quatre chambres latérales non terminées sont situées aux quatre coins de la chambre funéraire. Le couloir à l'Ouest a deux chambres latérales, elles représentent le début des travaux de creusement abandonnés pour une deuxième chambre funéraire. Un deuxième couloir mène à la chambre funéraire finale de plus grandes dimensions que la première. Cette salle est également flanquée de deux rangées de quatre piliers. Ses quatre chambres latérales furent complètement creusées, mais non décorées et seulement le mur Est de la chambre funéraire reçut des esquisses préliminaires pour sa décoration.

  La tombe s'étend sur une longueur totale d'un peu moins de 158,50 m. Un sarcophage et un couvercle cassés dans l'antiquité sont situés au Nord de la dernière chambre funéraire. Le couvercle est décoré du portrait du Roi flanqué à gauche et à droite d'images d'Isis et de Nephtys. Le tombeau est décoré des scènes : Du Livre des Morts, du rituel de l'ouverture de la bouche, du Livre des Cavernes de celui de la Terre et du Livre des Portes (Chambre funéraire), de l'Amdouat, ainsi que des images du défunt et des déités. Ce tombeau est un exemple rare dans la vallée des Rois, d'un tombeau de Reine de la période de Ramesside, réutilisés pour l'enterrement d'un Roi. Une momie, trouvée dans la cachette de la tombe KV35, d'Amenhotep II (1428/27-1401), découverte en 1898, connue sous le nom de "Femme inconnue D", a été identifiée par certains chercheurs comme appartenant éventuellement à la Reine Taousert. Cependant le seul élément de preuve que l'on peu retenir pour cette affirmation est la technique qui fut utilisée sur cette femme pour la momification, celle-ci étant identique à celle usitée au cours de la XIXe dynastie, indice bien mince donc pour être affirmatif.

Voir quelques photos de la tombe de Taousert et Sethnakht


Dernière édition par Romy50300 le Sam 1 Fév 2014 - 0:13, édité 1 fois
avatar
Romy50300
Admin

Messages : 1603
Date d'inscription : 25/02/2012
Age : 46
Localisation : 50300 avranches

http://romy50300.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les tombes des pharaons

Message  Romy50300 le Jeu 30 Jan 2014 - 21:29

Les tombes de la Vallée des Rois


Les  Tombes  de  KV1  à  KV14 Suite......  Suite des tombes de KV15 à KV35






 
Les numéros manquants sont des tombes aux propriétaires inconnus ----------->


WV22 - Tombe d'Amenhotep III
WV23 - Tombe d'Aÿ II
KV1 - Tombe de Ramsès VII
KV2 - Tombe de Ramsès IV
KV3 - Tombe d'un fils de Ramsès III
KV4 - Tombe de Ramsès XI
KV5 - Tombe des enfants de Ramsès II
KV6 - Tombe de Ramsès IX
KV7 - Tombe de Ramsès II
KV8 - Tombe de Mérenptah
KV9 - Tombe de Ramsès V et Ramsès VI
KV10 - Tombe d'Amenmes
KV11 - Tombe de Ramsès III
KV12 - Propriétaire inconnu
KV13 - Tombe de Bay puis, Amonherkhepshef et Montouherkhepshef
KV14 - Tombe de Taousert et Sethnakht
KV15 - Tombe de Séthi II
KV16 - Tombe de Ramsès I
KV17 - Tombe de Séthi I
KV18 - Tombe de Ramsès X
KV19 - Tombe de Montouherkhepshef et peut-être Ramsès VIII
KV20 - Tombe de Thoutmôsis I et d'Hatchepsout
KV32 - Tombe de Tiâa I (Épouse d'Amenhotep II)
KV34 - Tombe de Thoutmôsis III
KV35 - Tombe d'Amenhotep II
KV36 - Tombe de Maiherpri (Noble)
KV38 - Tombe de Thoutmôsis I
KV39 - Tombe d'Amenhotep I
KV41 - Tombe de Tétishery (?)
KV42 - Tombe de Méritrê-Hatchepsout (Épouse de Thoutmôsis III
KV43 - Tombe de Thoutmôsis IV
KV45 - Tombe d'Ouserhat (Noble)
KV46 - Tombe de Youya et Touya (ou Tyouyou)  parents de la Reine Tiyi I
KV47 - Tombe de Siptah
KV48 - Tombe d'Aménémopet (Vizir d'Amenhotep II)
KV55 - Tombe de Tiyi I (?) et cachette de Semenkhkarê/ Amenhotep IV (?)
KV57 - Tombe d'Horemheb
KV60 - Tombe de Satrê (Nurse d'Hatchepsout)
KV62 - Tombe de Toutânkhamon




KV1 ▪ Propriétaire : Ramsès VII (1136-1129, XXe dynastie)
▪ Découvert : Par Edwin C.Brock

  Le tombeau fut cartographié pour la première fois en 1737/38 par Richard Pococke, mais il ne sera fouillé qu'en 1906 par Edward Russell Ayrton et encore très succinctement. Il faudra attendre 1983, 1984, 1990 et 1994 pour qu'il soit correctement étudié et dégagé par l'égyptologue Edwin C.Brock. Le tombeau non fini comporte quatre pièces : Une rampe ouverte d'entrée donne sur une antichambre de 3,69 m x 13,71 m, puis un couloir de 3,17 m x 15,28 m donne accès à la chambre funéraire de 5,18 m x 8,53 m et une autre pièce non finie, de 3,13 m x 3,58 m, avec une cavité dans le fond. Les murs sont décorés des extraits : Du Livre des Portes, du Livre des Cavernes, du Livre de la Terre (Chambre funéraire), du rituel de l'ouverture de la bouche et de représentations du défunt avec des déités. Les plafonds sont peints avec des motifs de vautour en vol et des figures astronomiques. La momie de Ramsès VII n'a pas été encore identifiée.


KV2


▪ Propriétaire : Ramsès IV (1153-1147, XXe dynastie)
▪ Découvert : En 1718 par Claude Sicard



Sarcophage de Ramsès IV


  Le tombeau fut cartographié pour la première fois en 1737/38 par Richard Pococke, mais il ne sera fouillé qu'en 1906 par Edward Russell Ayrton. Deux plans du tombeau sont connus, un plan dessiné sur un papyrus aujourd'hui au musée de Turin et un croquis de la porte du tombeau, préservé sur un ostracon, trouvé par E.R.Ayrton dans les débris à l'entrée. Le tombeau comporte trois couloirs en pente douce suivis d'une petite pièce précédant la chambre funéraire. Au-delà de celle-ci un couloir latéral donne accès à une nouvelle chambre servant de magasin pour les objets funéraires. L'ensemble faisant une longueur totale de plus de 8 m 30. Le plus impressionnant dans cette sépulture est la largeur des couloirs pour faire passer l'un des plus imposants sarcophages de la nécropole.
 
  Ce n'est seulement que durant l'an 2 du Pharaon que l'emplacement de cette tombe fut enfin choisi par une commission royale, à l'entrée de la vallée des Rois. Les raisons ne manquent pas pour expliquer cette attente : La crise économique, les grèves des artisans, des incursions ennemies, des troubles politiques, l'insécurité de la région, la corruption etc... Pour rattraper le retard, les équipes de construction furent doublées, passant de 60 artisans à 120. De plus les architectes royaux simplifièrent le plan de la tombe afin d'économiser de précieux mois. Le plan originel du tombeau fut changé après la mort du Roi et la chambre qui aurait été une salle à colonnes sera employée pour la chambre funéraire.
  KV2 garde un excellent état de conservation et de ce fait sa décoration est pratiquement intacte. On trouve principalement des scènes des grands textes sacrés : Du Livre des Cavernes, pour la première fois dans la vallée des Rois, du Livre des Morts, des Litanies de Rê, du Livre de Nout et du Livre des Portes (chambre funéraire), des extraits de l'Amdouat, du Livre de la Nuit et enfin du Livre de la terre. On y voit aussi des cènes du défunt, des déités et des meubles funéraires (chambre latérale). La décoration unique à ce tombeau inclut la représentation de Shou et de Nout. Le dernier égyptologue à y avoir organisé des fouilles fut Howard Carter en 1920. Cette sépulture fut fréquemment visité dans l'antiquité et des graffitis sont dispersés dans tout le tombeau. Dont un grand nombre de graffitis Coptes. Généralement chaque visiteur a laissé son nom, sa profession, son origine et des commentaires personnels au sujet du tombeau. Le sarcophage a été cassé à une extrémité dans l'antiquité et le couvercle a été déplacé. On a retrouvé la momie du Pharaon dans le tombeau-cachette KV35, d'Amenhotep II, découvert en 1898 par Victor Loret.


KV3 ▪ Propriétaire : Un fils de Ramsès III (1184-1153, XXe dynastie)




▪ Découvert : Fouillé durant l'antiquité


  Le tombeau fut cartographié pour la première fois en 1737/38 par Richard Pococke, mais il ne sera fouillé qu'en 1904-1906 par Edward Russell Ayrton et James Edward Quibell, puis en 1912 par Harry Burton. Il s'agit du tombeau d'un des fils de Ramsès III (1184-1153, XXe dynastie), mais dont on ignore le nom. Le plan du tombeau est commun à ceux de la XXe dynastie. il fut creusé directement dans la roche avec pratiquement aucune descente au delà de l'entrée. Cette entrée mène à un couloir qui s'ouvre une salle à quatre colonnes avec de chaque côté des chambres latérales.
 
  Une salle à colonnes suit l'axe principal, celle-ci possédant aussi des chambres latérales. La chambre latérale gauche (Nord) fut terminée, tandis que celle de droite (Sud) fut représentée seulement par une porte, car son creusement fut abandonné. Sur le même axe principal, trois plus petites chambres occupent le fond du tombeau. La tombe au total s'étend sur une longueur d'un peu moins de 53,50 m.

   La décoration des bas-reliefs est toujours existante seulement dans le couloir. On pense que le reste était vraisemblablement basées sur les litanies de Rê. Le thème décoratif principal étant composé de représentations de Ramsès III suivi d'un Prince devant diverses déités. Un ostracon en hiératique, aujourd'hui au musée de Berlin enregistre qu'en l'an 28 de Ramsès III le tombeau fut dédié à un de ses fils. Cette tombe, plus tard, sera utilisée comme chapelle Chrétienne.


KV4 ▪ Propriétaire : Ramsès XI (1099-1069, XXe dynastie)




▪ Découvert : Fouillé durant l'antiquité


  Le tombeau fut cartographié pour la première fois en 1737/38 par Richard Pococke, mais il ne sera fouillé qu'en 1978 et 1980 par John Romer, bien que Howard Carter l'ait visité en 1923. Le tombeau n'a semble t-il jamais été utilisé par Ramsès XI. Après l'entrée trois couloirs en pente douce mènent à une première chambre et à la salle à colonnes. De la rampe de descente, un petit couloir mène à la chambre funéraire. La tombe au total s'étend sur une longueur d'un peu plus de 104 m.
 
  Le creusement de la salle à colonnes et de la chambre funéraire fut laissé inachevé et la décoration fut commencée seulement dans le couloir où une couche épaisse de plâtre jaunâtre reçut des croquis préliminaires à l'encre rouge représentant Ramsès XI avec des déités. C'est le dernier tombeau royal creusé dans la vallée des Rois. La sépulture est ouverte depuis l'antiquité et elle fut utilisé comme logement et écurie par les Coptes.


KV5 ▪ Propriétaire : Tombe des enfants de Ramsès II (1279-1213,
XIXe dynastie)
▪ Découvert : En 1825




Vue du couloir 11



  Le tombeau fut cartographié pour la première fois en 1825 par James Burton, mais n'a été fouillé qu'en 1987 par la mission Theban Mapping Project et son premier examen archéologique a été fait la même année par Kent Reid Weeks. C'est à partir de cette date que l'on s'aperçut que cette tombe était immense et exceptionnelle. On y découvre à chaque campagne de fouille de nouvelles salles. On n’en compte aujourd’hui plus de cent vingt. La tombe au total s'étend sur une longueur de 443,20 m. D'après les objets et inscriptions trouvées sur place, il s'agit de la sépulture des enfants de Ramsès II. Les dernières estimations indiquent qu'elle pourrait loger au moins 150 chambres, dont près de 50 pour les fils du Pharaon. Six fils royaux sont déjà connus pour avoir été enterrés dans cette tombe. Le tombeau a pu à l'origine avoir appartenu à un personnage de la XVIIIe dynastie et usurpé par Ramsès II comme lieu d'enterrement pour ses enfants.
  Malheureusement à cause de nombreuses inondations au cours des siècles la tombe s'est rempli de boue qui en séchant est devenue aussi solide que de la brique, d'où la lenteur des travaux. Le plan global de ce tombeau est peu commun, il y a un changement de l'axe principal du tombeau après la troisième salle, qui est à colonnes avec 16 piliers. Plusieurs chambres se trouvent sous d'autres chambres et deux couloirs se prolongent vers le Nord-ouest sous l'entrée et la route devant le tombeau. Il est décoré des scènes du rituel de l'ouverture de bouche et des représentations du Roi, des Princes et des déités. Il y a plus de vingt représentations des fils du Roi dessinées sur ses murs.


KV6 ▪ Propriétaire : Ramsès IX (1126-1108, XXe dynastie)
▪ Découvert : Fouillé durant l'antiquité





  Le tombeau fut cartographié pour la première fois en 1737/38 par Richard Pococke. Il a déjà été fouillé plusieurs fois, par Henry Salt en 1817 et la dernière fois par Georges Daressy en 1888. L'entrée se trouve sur un axe de Nord-ouest Sud-est. Son plan se compose d'une rampe d'entrée ouverte, puis trois couloirs successifs donnent sur une chambre. Celle-ci débouche sur une autre salle à colonnes non finie, avec une descenderie en son centre qui mène à la chambre funéraire. La tombe au total s'étend sur une longueur d'un peu plus de 105 m. Le tombeau est décoré notamment des scènes : Du Livre des Portes, du Livre des Cavernes, du Livre des Morts, du Livre de la Terre, du Livre de la Nuit et du rituel de l'ouverture de bouche. Il y a également des représentations du défunt avec des déités et un plafond astronomique. Friedrich Abitz a observé que lors de la mort de Ramsès IX, seulement deux couloirs avaient été plâtrés et un seul était peint. Après la mort du souverain, le plâtrage et peintures restants, du plafond et des murs du tombeau furent terminés précipitamment. Ce tombeau a une des plus grandes entrées de tous ceux de la vallée. Ce sera le dernier tombeau royal de la vallée a avoir eu toute sa décoration terminée. La momie de Ramsès IX fut découverte parmi d'autres momies royales dans la cachette de la tombe DB320 de Deir el-Bahari.


KV7 ▪ Propriétaire : Ramsès II (1279-1213, XIXe dynastie)
▪ Découvert : Fouillé durant l'antiquité




  Le tombeau fut cartographié pour la première fois en 1737-1738 par Richard Pococke, puis par James Burton en 1825. Il sera ensuite fouillé plusieurs fois, par Harry Burton en 1913-1914, puis par Charles Maystre en 1938, et en 1978 par une équipe du Brooklyn Museum, enfin en 1993 par Christian Leblanc. Le tombeau utilise un plan au sol abandonné depuis la fin de la XVIIIe dynastie. Il se compose d'une rampe d'entrée, puis de trois couloirs successifs en pente qui ouvre sur une chambre. Celle-ci donne dans une salle à colonnes avec deux chambres latérales. En son centre une descenderie mène sur deux couloirs qui aboutissent à une autre chambre. Dans cette dernière, un changement d'axe se produit vers la droite (Nord-est) et mène à la chambre funéraire, qui est en partie creusée dans une couche de schiste et à six chambres latérales adjacentes. La tombe au total s'étend sur une longueur d'un peu plus de 168 m.



Momie de Ramsès II


  L'entrée se trouve particulièrement basse dans la vallée, de ce fait elle a été vulnérable aux inondations. En raison des dommages qu'elles ont causées, une grande partie de la décoration des murs est endommagée ou manquante, mais la grande majorité des scènes a pu être reconstituée à partir des fragments qui existaient encore. Le tombeau est décoré avec des scènes : Du Livre des Portes, du Livre des Morts, du livre de la vache merveilleuse, des litanies de Rê, du rituel de l'ouverture de la bouche, ainsi que du défunt avec des déités et des représentations d'objets funéraires.
 
  Il y a plusieurs innovations architecturales et décoratives comprenant un retour au plan coudé et à une porte décorée. KV7 est un des plus grands tombeaux de la vallée, couvrant une surface de plus de 820 m2, la chambre funéraire à elle seule faisant 181 m2. La momie de Ramsès II fut retrouvée dans la cachette de la tombe DB320 de Deir el-Bahari, découverte en 1881. Le corps, superficiellement intact a été dégagé de ses bandelettes par Gaston Maspero le 3 juin 1886. Sous les bandages externes on a trouvé un registre en hiératique et une monture décorée d'une image de la Déesse Mout.


KV8 ▪ Propriétaire : Mérenptah (1213-1203, XIXe dynastie)
▪ Découvert : En 1737




Décoration de la tombe


  Le tombeau de Mérenptah est beaucoup plus simple que celui de son père Ramsès II. Il fixera d'ailleurs la norme pour la plupart des tombeaux qui seront construits dans la vallée. Il fut cartographié pour la première fois en 1737-1738 par Richard Pococke, puis par Karl Richard Lepsius et Carl Richard en 1844-1845, puis en 1903-1904 par Howard Carter et enfin en 1985-1988 par Edwin C.Brock. Il se compose de trois couloirs en pente qui mènent à une petite chambre et à la salle à colonnes avec une chambre latérale. En son centre une descenderie débouche sur un couloir en pente qui donne sur une chambre au-delà de laquelle un deuxième couloir descend dans la chambre funéraire. La tombe s'étend sur une longueur totale d'un peu moins de 165 m.





Le sarcophage de Mérenptah


  Cette chambre funéraire, voûtée, assez vaste, était soutenue par deux séries de piliers initialement décorés. Le tombeau est décoré avec des scènes : Des litanies de Rê, du Livre des Portes dont le chapitre final apparaît encore partiellement sur la paroi Nord, du Livre des Morts, du Livre de la Terre, du Livre des Cavernes (ou Livre des Enfers) dans la chambre funéraire, du rituel de l'ouverture de la bouche et des représentations du défunt avec des déités.




Momie de Mérenptah



  Le plafond de la chambre funéraire comporte des symboles astronomiques. Les inondations ont endommagé les piliers dans la chambre funéraire. La plupart des scènes au-delà de la salle à colonnes ont été détruites, excepté celles en hauteur et sur le plafond de la chambre funéraire. Cette dernière a plusieurs dispositifs uniques. Il y a les emplacements multiples dans les murs à l'avant et à l'arrière de la salle et elle possédait un ensemble de quatre sarcophages. Trois d'entre eux étaient en granit rose et celui contenant la momie est en albâtre.
 
  Afin d'introduire les sarcophages dans le tombeau, les montants des portes étaient creusés, puis remplacés par des blocs de grès. Le troisième sarcophage fut découvert par Pierre Montet, il avait été réemployé dans le mobilier funéraire de Psousennès I (1039-991) à Tanis. Il y figure le souverain représenté en Osiris. Le couvercle du deuxième sarcophage externe en granit a été remis à son emplacement initial dans la tombe. Il représente le Roi, en gisant, coiffé du Némès. Le couvercle du premier sarcophage externe, également en granit, a été retrouvé dans une des antichambres de la tombe. La momie de Mérenptah fut retrouvée dans la cachette de la tombe KV35, découverte 9 mars 1898 par Victor Loret, au milieu de 18 autres (dont certaines royales). Aujourd'hui, elle est également connue sous le nom de "Momie blanche", parce qu'elle a beaucoup de trace couleur blanchâtre. (voir photo ci-dessus)


KV9 ▪ Propriétaire : Ramsès V (1147-1143) et Ramsès VI (1143-1136, XXe dynastie)
▪ Découvert : Fouillé durant l'antiquité





  Le tombeau fut cartographié pour la première fois en 1737-1738 par Richard Pococke, puis par Robert Hay en 1824 et James Burton en 1825. Les premières fouilles seront faite par Georges Daressy. Cette sépulture, réutilisée par Ramsès VI, pour des raisons qui restent encore mystérieuses, était à l'origine construite pour son neveu Ramsès V. Elle se compose d'une rampe d'entrée, puis de trois couloirs qui sont suivis d'une chambre et de la salle à colonnes avec en son centre une descenderie qui donne sur deux couloirs inférieurs, puis sur une antichambre et la chambre funéraire, avec une dernière salle au fond. La tombe s'étend sur une longueur totale d'un peu moins de 117 m.
 
  Cette tombe présente sans doute le décor pariétal le plus complexe connu à ce jour. Elle est décorée : Avec des scènes du Livre des Portes, avec le Livre des Cavernes, le Livre de la Vache merveilleuse, le Livre des Morts, le Livre du Jour et le livre de la Nuit et le Livre de la Terre (Chambre funéraire). On y voit aussi le défunt avec des déités et une représentation de la résurrection d'Osiris. Le plafond de la salle à piliers est peint depuis l'entrée d'une magnifique voûte céleste. Presque mille graffitis en Grec, latin et Copte sont écrits au-dessus des scènes.
  Quand les couloirs et les chambres inférieures étaient en cours de creusement, les ouvriers ont accidentellement pénétré dans la chambre arrière du tombeau KV12, tombe dont le propriétaire reste inconnu. Il y a un puits dans le sol de la chambre funéraire, qui ne fut jamais terminé. Dans cette chambre ne subsiste aujourd'hui qu'un sarcophage brisé. D'autres trouvailles ont été faite par Edwin C.Brock en 1985, des poteries, des fragments d'oushebtis en bois et calcite et une pièce de monnaie de l'Empereur Romain Maximien (286-308).




  Ce tombeau était connu des Romains comme "Le tombeau de Memnon" et à l'expédition Napoléonienne en tant que "La Tombe de la Métempsychose". Les momies de Ramsès V et Ramsès VI furent trouvées dans la cachette de la tombe KV35 découverte en 1898 par Victor Loret. La momie de Ramsès V était dans un cercueil en bois blanc peint et celle de Ramsès VI dans un cercueil appartenant à l'origine au Grand Prêtre d'Amon, Menkhéperrê (1045-992).






KV10

▪ Propriétaires : Amenmes (1203-1199, XIXe dynastie) et la Reine Baketouarel (ou Baketwernel ou Baketourel, épouse de Ramsès XI)
▪ Découvert : Fouillé durant l'antiquité




Décoration du tombeau


  Le tombeau fut cartographié et étudié pour la première fois en 1737-1738 par Richard Pococke, puis étudié par James Burton en 1825, puis en 1825-1828 par John Gardner Wilkinson et enfin par Robert Hay 1825-1835. Les premières fouilles en 1907 seront faites par Edward Russell Ayrton qui identifie la sépulture comme celle d'Amenmes. Le tombeau sera étudié de nouveau en 1992-1999 par Otto James Schaden. Il se compose d'une entrée suivie de trois couloirs avec une petite chambre. Sur le mur droit (Ouest) du couloir une chambre latérale fut creusée mais ne fut jamais terminée. Le couloir suivant amène dans la salle à colonnes. Elle est suivie d'un couloir non fini, mais qui aurait débouché sur une chambre funéraire si les ouvriers avaient terminé leur travail. La tombe au total s'étend sur une longueur d'un peu plus de 105,30 m.




Autre vue des fresques très endommagées du tombeau


  La conception de ce tombeau, de l'entrée jusqu'à la salle à colonnes, est semblable à KV8, bien que les couloirs aient une pente un peu plus profonde. Le tombeau fut à l'origine décoré pour Amenmes, mais les textes et les figures ont été plus tard effacés et remplacés avec des scènes peintes sur du plâtre pour la Reine Takhat I (ou Tachat, sa mère ou sa femme) et pour la Reine Baketouarel, qui était l'épouse de Ramsès XI et qui furent enterrées dans ce tombeau.
 
  C'est pour cette raison que cette dernière Reine fut longtemps considérée comme une épouse d'Amenmes. Ce tombeau est un exemple de la réutilisation d'une sépulture royale pour l'enterrement d'une Reine avec le changement considérable de décoration qui s'imposait. Le tombeau est très endommagé et a subi de nombreuses restaurations en particulier pour consolider les piliers de la chambre funéraire. On y a trouvé un fragment du sarcophage de calcaire, des fragments d'albâtre et des vases canopes en calcaire, ainsi qu'une partie du couvercle du sarcophage de granit rouge, inscrit au nom de Takhat I.
 
  Des artéfacts provenant des tombes de Séthi I (1294-1279), des fragments d'oushebtis, et de Ramsès VI (1143-1136), des fragments de sarcophage, furent également mis au jour. Bien que les restes de trois momies furent mis au jour dans cette tombe, ceux de deux femmes et un homme, ils n'ont pu être identifiés avec certitude. On pense généralement que les momies des femmes seraient celles des Reines Takhat I et Baketouarel (ou Baketwernel ou Baketourel), l'épouse de Ramsès XI. Mais rien ne vient attester que celle de l'homme soit celle d'Amenmes. Les spécialistes pensent qu'il est probable que lorsque Séthi II récupéra le pouvoir il profana la tombe d'Amenmes et que, de ce fait, on ne retrouvera jamais sa momie, d'ailleurs elle ne faisait pas partie de celles retrouvées dans les deux cachettes découvertes en 1881 et 1901.



KV11





▪ Propriétaire : À l'origine commencé pour Sethnakht (1186-1184), mais terminé pour Ramsès III (1184-1153, XXe dynastie)
▪ Découvert : Fouillé durant l'antiquité





Décoration du tombeau



  Le tombeau fut cartographié pour la première fois en 1737-1738 par Richard Pococke, puis par James Bruce en 1769, puis par James Burton et Robert Hay en 1825. Les premières fouilles seront faites par Giovanni Battista Belzoni en 1816 et 1819. Ce tombeau fut dans un premier temps construit pour Sethnakht, mais fut abandonné quand il empiéta sur le tombeau voisin d'Amenmes, (KV10). Les travaux reprirent plus tard pour en faire la sépulture du Pharaon Ramsès III.




Autre vue des décorations


  Le plan de cette tombe commence par une entrée ouverte suivie de deux couloirs : Un avec deux chambres latérales, l'autre avec huit chambres. Au-delà du deuxième couloir le creusement d'un troisième, sur l'axe du tombeau, a traversé le plafond de la tombe KV10. Le mur fut alors creusé plus loin à l'Ouest, transformant ce couloir en chambre. La suite du couloir a son axe décalé à l'Ouest et a un plancher montant pour éviter de rencontrer une nouvelle fois le tombeau KV10.





Le sarcophage - Musée du Louvre


  Ce couloir est suivi par une chambre qui est partiellement dégagée. Puis on trouve la salle à colonnes avec une chambre latérale et sa descenderie centrale, qui donne sur un couloir ouvrant sur deux nouvelles chambres carrées et une grande chambre funéraire, avec quatre chambres latérales et trois chambres plus petites au fond.




Momie de Ramsès III


  La tombe au total s'étend sur une longueur d'un peu plus de 188 m. L'entrée, les deux premiers couloirs et la première chambre à l'origine portaient les noms de Sethnakht, mais ils furent modifiés pour mettre ceux de Ramsès III, pour qui le reste du tombeau fut terminé. Il est décoré avec : Les litanies de Rê, les extraits de l'Amdouat, le Livre des Portes, le rituel de l'ouverture de la bouche, le livre de la terre (Chambre funéraire), le Livre des Morts et le livre de la vache merveilleuse.
 
  On trouve aussi dans tout le tombeau des décorations montrant le Roi donnant offrandes à diverses déités. Il y a des représentations uniques dans les chambres subsidiaires, décorées de scènes peu communes, outre les deux premiers couloirs traitant des activités telles que : La préparation et la fourniture de nourriture et l'équipement funéraire. La momie de Ramsès III fut retrouvée avec d'autres momies royales dans la cachette de la tombe DB320 de Deir el-Bahari découverte en 1881.





KV12 ▪ Propriétaire : Inconnu
▪ Découvert : Fouillé durant l'antiquité

  Le tombeau fut cartographié pour la première fois en 1737-1738 par Richard Pococke, puis par Giovanni Battista Belzoni en 1817, puis par James Burton en 1825, suivi de John Gardner Wilkinson en 1825-1828. Les premières fouilles seront faites par Ernest Harold Jones en 1908-1909, puis par Howard Carter en 1920-1921. Ce tombeau fut utilisé à l'origine lors de la XVIIIe dynastie, puis pendant la XIXe dynastie et enfin pendant la XXe dynastie. Il a probablement été employé comme sépulture commune pour des membres de la famille royale, un peu comme KV5, mais sur un sur une échelle plus petite. Les bâtisseurs de KV9 en creusant la tombe ont accidentellement débouché dans ce tombeau. C'est son plan, en particulier ses chambres inférieures, qui suggère qu'il fut prévu pour des enterrements multiples. L'entrée légèrement excentrée s'ouvre sur une chambre avec un pilier simple, puis trois chambres latérales non terminées et un escalier, plutôt qu'un premier long couloir qui est typique des autres tombeaux de la vallée. Cette première chambre est suivie de deux couloirs, séparés par une chambre avec la descenderie. Le couloir s'ouvre sur une salle flanquée de quatre chambres latérales et une dernière chambre au fond. La tombe au total s'étend sur une longueur d'un peu plus de 92,30 m.




KV13 ▪ propriétaire : Le Chancelier Bay (XIXe dynastie), puis Amonherkhepshef et Montouherkhepshef
▪ Découvert : Fouillé durant l'antiquité




  Le tombeau fut cartographié pour la première fois en 1737-1738 par Richard Pococke, puis par James Burton en 1825. Les premières fouilles furent réalisées par Hartwig Altenmüller de 1988 à 1994. La tombe fut construite par Séthi II (1203-1194) comme sépulture pour le Chancelier Bay à son service et qui restera en fonction jusque sous le règne de Siptah / Taousert (1188-1186). Bay, qui d'après James Henry Breasted, est aussi identifié dans le Papyrus Harris Grand comme le Syrien Iarsou (ou Yarsou), va tomber rapidement en disgrâce à la cour et sa dernière apparition publique dans une inscription date de l'an 4 de Siptah. Il fut exécuté lors de la cinquième année du règne du Pharaon, sur ordre du souverain lui-même. La nouvelle de son exécution fut inscrite par les ouvriers de Deir el-Médineh sur un ostracon (IFAO 1254). Cette ostracon fut traduit et publié en 2000 par l'égyptologue Français Pierre Grandet. La note précisait aux ouvriers de cesser tout travaux sur le tombeau (KV13) de Bay de la vallée des Rois, qui avait été jugé comme un traître à l'État.

  Le tombeau fut semble t-il plus tard réutilisé pour Amonherkhepshef et Montouherkhepshef, deux fils de Ramsès III (1184-1153, XXe dynastie), pour Amonherkhepshef il y a peut-être confusion avec un fils de Ramsès VI du même nom. L'architecture et la décoration ressemblent étroitement à celle du tombeau de la Reine Taousert (1188-1186, XIXe dynastie, KV14). Il se compose de trois couloirs qui sont suivis de deux chambres, puis de deux autres couloirs flanqués de deux chambres latérales et qui débouchent sur la chambre funéraire. La tombe au total s'étend sur une longueur d'un peu plus de 71,30 m. Le tombeau a subi beaucoup de dommages et tous ses plafonds se sont effondrés. Les murs furent probablement décorés à l'origine avec du plâtre peint. De graves inondations ont détérioré le plâtre et aujourd'hui seulement quelques traces de la décoration demeurent dans certains endroits. Les vestiges de cette décoration représentent le défunt avec des déités et des parties du Livre des Morts. C'est l'un des rares tombeaux non-royaux creusé dans la vallée pendant la XIXe dynastie.


KV14 ▪ Propriétaire : Taousert (1188-1186, XIXe dynastie) et Sethnakht (1186-1184, XXe dynastie)
▪ Découvert : Fouillé durant l'antiquité




  Ce tombeau fut cartographié pour la première fois en 1737-1738 par Richard Pococke, puis par James Burton en 1825. Les premières fouilles furent réalisées par le Service des Antiquités en 1893-1895, puis par Hartwig Altenmüller de 1983-1987. Le tombeau fut commandé à l'origine par Séthi II (1203-1194), en l'an 2 de son règne, pour lui et son épouse, la Reine Taousert. La décoration initiale portait les cartouches du Roi, puis, lorsque la Reine régna seule après la mort prématuré de son beau-fils Siptah (ou Mérenptah, 1194-1188), elle les fit remplacer par les siens et voulu achever la tombe pour son propre compte. Mais elle décéda avant sa fin et les travaux se poursuivirent sous son successeur Sethnakht qui usurpa la sépulture et l'agrandit considérablement. La courte entrée ouverte est suivie de trois couloirs descendants décorés de bas-reliefs.




  On y trouve des scènes qui montrent la Reine Taousert accompagnant son beau-fils Siptah, celui-ci précédant diverses déités. Il y a aussi des représentations des gardiens des portails du royaume d'Osiris et du Livre des Morts. Les couloirs débouchent sur une chambre suivie par la salle à colonnes avec sa descenderie centrale. Il y a ensuite deux couloirs donnant sur une chambre et une autre salle latérale ouvrant dans le mur gauche (Sud) du couloir. Quelques spécialistes pensent que cette chambre était prévue au départ pour être la chambre funéraire.
 
  La première chambre funéraire est flanquée de deux rangées de quatre piliers. Quatre chambres latérales non terminées sont situées aux quatre coins de la chambre funéraire. Le couloir à l'Ouest a deux chambres latérales, elles représentent le début des travaux de creusement abandonnés pour une deuxième chambre funéraire. Un deuxième couloir mène à la chambre funéraire finale de plus grandes dimensions que la première. Cette salle est également flanquée de deux rangées de quatre piliers. Ses quatre chambres latérales furent complètement creusées, mais non décorées et seulement le mur Est de la chambre funéraire reçut des esquisses préliminaires pour sa décoration.

  La tombe s'étend sur une longueur totale d'un peu moins de 158,50 m. Un sarcophage et un couvercle cassés dans l'antiquité sont situés au Nord de la dernière chambre funéraire. Le couvercle est décoré du portrait du Roi flanqué à gauche et à droite d'images d'Isis et de Nephtys. Le tombeau est décoré des scènes : Du Livre des Morts, du rituel de l'ouverture de la bouche, du Livre des Cavernes de celui de la Terre et du Livre des Portes (Chambre funéraire), de l'Amdouat, ainsi que des images du défunt et des déités. Ce tombeau est un exemple rare dans la vallée des Rois, d'un tombeau de Reine de la période de Ramesside, réutilisés pour l'enterrement d'un Roi. Une momie, trouvée dans la cachette de la tombe KV35, d'Amenhotep II (1428/27-1401), découverte en 1898, connue sous le nom de "Femme inconnue D", a été identifiée par certains chercheurs comme appartenant éventuellement à la Reine Taousert. Cependant le seul élément de preuve que l'on peu retenir pour cette affirmation est la technique qui fut utilisée sur cette femme pour la momification, celle-ci étant identique à celle usitée au cours de la XIXe dynastie, indice bien mince donc pour être affirmatif.

Voir quelques photos de la tombe de Taousert et Sethnakht




Autre vue de la descenderie




La chambre funéraire




Décor de l'antichambre





La chambre funéraire





Décor de l'antichambre




Décor de l'antichambre
avatar
Romy50300
Admin

Messages : 1603
Date d'inscription : 25/02/2012
Age : 46
Localisation : 50300 avranches

http://romy50300.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les tombes des pharaons

Message  Romy50300 le Jeu 30 Jan 2014 - 22:26


Les Tombes de KV15 à KV35 Suite...... Suite des tombes de KV36 à KV54

KV15 ▪ Propriétaire : Séthi II (1203-1194, XIXe dynastie)
▪ Découvert : Fouillé durant l'antiquité




Le tombeau fut cartographié pour la première fois en 1737-1738 par Richard Pococke, puis par James Burton en 1825. Les premières fouilles furent réalisées par Howard Carter en 1903-1904. Le tombeau se compose d'une courte entrée suivie de trois longs couloirs qui débouchent sur une chambre. La pente de l'entrée et des couloirs suivants est minime.

Cette chambre donne ensuite sur la salle à colonnes avec sa descenderie centrale qui débouche sur la chambre funéraire, qui est prolongée d'un couloir non fini. La tombe s'étend sur une longueur totale de 88,65 m. Les murs du tombeau sont décorés avec : Des scènes des litanies de Rê, de l'Amdouat, du Livre des Portes (Chambre d'enterrement) et des représentations du défunt et de déités.





Momie de Séthi II



À part le premier couloir la décoration dans le reste du tombeau fut réalisée probablement après la mort du Roi. Dans le deuxième
et troisième couloirs, seulement des croquis préliminaires furent peints sur une surface de plâtre grisâtre. Il y a une différence stylistique marquée entre la décoration dans la salle à colonnes et les premiers couloirs du tombeau.

De l'avis de tous les spécialistes le tombeau est remarquable pour sa décoration. D'après quelques égyptologues, le corps du Roi a pu à l'origine avoir été enterré dans le tombeau de son épouse, la Reine Taousert et seulement après être transféré dans KV15, qui à la hâte fut terminé. On a retrouvé la momie du Roi dans la cachette de la tombe KV35, découverte en 1898 par Victor Loret.






KV16 ▪ Propriétaire : Ramsès I (1295-1294, XIXe dynastie)
▪ Découvert : Le 10 octobre 1817 par Giovanni Battista Belzoni



Le tombeau fut Découvert le 10 octobre 1817 par Giovanni Battista Belzoni qui commença de suite les premières fouilles. Il fut ensuite cartographié par James Burton en 1825. La tombe n'était pas terminé lors de la mort de Ramsès I mais elle bénéficie cependant d'une bonne qualité de peintures murales, avec notamment des textes et des scènes du Livre des Portes. Le tombeau est construit sur un plan assez simple. Une entrée donne sur deux escaliers descendants qui relient un couloir en pente, suivi de la chambre funéraire avec trois chambres latérales. La tombe s'étend sur une longueur totale d'un peu plus de 49,30 m. Le plan initial devait prévoir plusieurs salles et descenderies mais la mort prématurée du Roi empêcha d'aller plus loin.

On distingue deux trous dans les murs du couloir qui ont du servi à tenir un faisceau pour abaisser le sarcophage à l'aide des cordes. Le tombeau est décoré des scènes du Livre des Portes (Chambre funéraire) et des scènes du défunt avec des déités (Chambre funéraire). La ressemblance stylistique des fresques avec le tombeau KV57 d'Horemheb est très nette. Les personnages divins et Ramsès I, qui illustrent les parois, apparaissent sur un fond bleu. La tombe a énormément souffert des dommages liés aux inondations. Le sarcophage fut taillé et sculpté dans un bloc de quartzite rouge.

La momie de Ramsès I est peut-être une de celles qui ont été retrouvées dans la cachette de la tombe DB320 de Deir el-Bahari, mise au jour en 1881. Après la découverte dans cette cachette elle fut vendu à un Américain. En 1890, elle apparait dans un musée aux chutes du Niagara et y resta jusqu'en 1999. Là elle fut vendu de nouveau au musée Carlos C.Michael d'Atlanta (États-Unis). Après de longues négociations, en 2004, elle fut restituée au musée Égyptien du Caire où Zahi Hawass l'identifia officiellement comme la momie de Ramsès I. Cependant il faut signaler que cette attribution repose principalement sur quelques similitudes physiques avec celle de Séthi I. Le doute sur leurs identités reste donc approprié tant qu'une analyse ADN n'est pas effectuée. Un fragment du sarcophage du Pharaon peut être aussi vu au musée du Caire.



KV17 ▪ Propriétaire : Séthi I (1294-1279, XIXe dynastie)
▪ Découvert : Le 16 octobre 1817 par Giovanni Battista Belzoni




Momie de Séthi I


Le tombeau fut découvert le 16 octobre 1817 par Giovanni Battista Belzoni qui commença immédiatement les premières fouilles. Puis en 1902-1903, Howard Carter prit sa suite. De 1996 à 2000 il fit l'objet d'une campagne de restauration par l'American Research Center in Egypt. C'est le plus long et le plus profond de tous les tombeaux de la vallée des Rois. Il se compose d'un total de sept couloirs et de dix chambres. Trois couloirs en pente mènent à une première chambre, puis à la salle à colonnes avec sa chambre latérale. Une descenderie et deux couloirs en pente permettent d'accéder à une antichambre au-delà de laquelle se trouve la chambre funéraire. Celle-ci possède cinq chambres latérales et un long passage à l'arrière.

La tombe s'étend sur une longueur totale de 137,20 m. C'est le premier tombeau à avoir été décoré d'un programme complet de textes religieux, dont : Des litanies de Rê, du Livre des Morts, du Livre des Portes, du rituel de l'ouverture de la bouche, du Livre de la Vache Merveilleuse et de scènes astronomiques dans la chambre funéraire, de représentations de Séthi I avec des déités et d'autres du Pharaon seul. Les spécialistes le considèrent comme le plus beau tombeau de la vallée.

Dans la chambre funéraire Giovanni Battista Belzoni mit au jour un sarcophage de calcite et des fragments du coffre à vases canopes, qui sont aujourd'hui au musée de Soane à Londres. Sous la XXIe dynastie, le tombeau de Séthi I servit un court moment de cachette pour les momies de Ramsès I et Ramsès II. En l'an 10 du règne de Siamon (978-959) ces momies ainsi que celle de Séthi I et beaucoup d'autres furent déplacées dans la cachette de la tombe DB320 de Deir el-Bahari, qui fut découverte en 1881.





Intérieur de la tombe





Séthi I recevant le souffle de la vie, décoration de la tombe





Intérieur de la tombe



Séthi I, décoration de la tombe




Séthi I, tenant un oiseau, décoration de la tombe





Accès à la chambre funéraire




KV18 ▪ Propriétaire : Ramsès X (1108-1099, XXe dynastie)
▪ Découvert :Fouillé durant l'antiquité



Le tombeau fut cartographié pour la première fois en 1737-1738 par Richard Pococke, puis par James Burton en 1825 et Eugène Lefébure en 1889. Les premières fouilles furent réalisées par Howard Carter en 1902. En 1998-2000, le projet MISR Project (Mission Siptah-Ramses X) à relancé une nouvelle campagne de fouilles, car avant 1998, seulement le premier couloir et la porte avaient été dégagés. On sait donc très peu de chose au sujet de ce tombeau. Il semble non terminé et possède très peu de décoration. Le premier couloir est décoré des représentations de Ramsès X avec des déités. La tombe s'étendrait sur une longueur totale d'un peu moins de 42,70 m. Ni la momie de Ramsès X, ni aucun objet de son équipement funéraire n'ont à ce jour été retrouvés.



KV19 ▪ Propriétaire : Le Prince Montouherkhepshef
▪ Découvert : En 1817 par Giovanni Battista Belzoni




Vue de l'entrée intérieure du tombeau


Le tombeau fut Découvert le 16 octobre 1817 par Giovanni Battista Belzoni qui commença immédiatement les premières fouilles. Il fut suivi dans cette action en 1825 par James Burton, puis Howard Carter en 1903 et Edward Russell Ayrton en 1905-1906. Excepté les tombeaux royaux de Ramsès VII et de Ramsès IX, aucun tombeau n'a des entrées ou des couloirs aussi larges que ceux de KV19.

Selon certains égyptologues, ce tombeau non terminé aurait été prévu à l'origine comme lieu de sépulture pour un Prince au nom de Sethherkhepshef, donc peut-être Ramsès VIII, mais fut plus tard utilisé pour le Prince Montouherkhepshef, fils de Ramsès IX, décédé pendant le règne de Ramsès X. Reste à savoir si ce Sethherkhepshef est Ramsès VIII qui porte ce nom de naissance dans sa titulature, mais rien à aujourd'hui ne vient le confirmer.

Les textes sur la porte confirment que le propriétaire était Montouherkhepshef. Le deuxième couloir venait d'être débuté lorsque les travaux furent abandonnés et le tombeau fut utilisé tel quel. Des représentations du défunt devant diverses déités, Osiris, Khonsou, Ptah et Thot, ainsi que des textes hiératiques du Livre des Morts sont peints dans le premier couloir. La tombe s'étend sur une longueur totale d'un peu moins de 38,70 m. Un puits fut creusé dans le sol au début du deuxième couloir, mais n'est pas non plus terminé. La décoration restante de plâtre peint est bien préservée.




KV20 ▪ Propriétaire : Thoutmôsis I (1504-1492) et Hatchepsout (1479-1457, XVIIIe dynastie)
▪ Découvert : Avant 1799

Le tombeau fut cartographié pour la première fois en 1799 par l'expédition Napoléonienne, puis par Giovanni Battista Belzoni en 1817. Le premier examen archéologique fut réalisé par James Burton en 1825 et 1828, puis en 1903/1904 par Howard Carter. Certains spécialistes avancent l'idée qu'il fut à l'origine construit pour la Reine Hatchepsout et que celle-ci aurait fait enlever les restes de son père Thoutmôsis I de son tombeau originel (Présumé KV38) pour les ré ensevelir dans cette tombe. Cependant des examens récents contredisent cette hypothèse et confirmeraient qu'il fut bien construit dès le début pour Thoutmôsis I, le débat reste ouvert. De ce fait il s'agit là, peut-être, du plus ancien tombeau de la vallée des Rois. Le tombeau est de plan très peu commun.

Il possède une forme unique, s'enroulant et tournant vers le bas depuis l'entrée, dans le sens des aiguilles d'une montre, de sorte que la chambre funéraire se trouve à 97 m sous la surface. Il descend par une série de cinq couloirs, dont deux finissent dans des chambres avec des descenderies centrales, jusqu'à ce qu'il atteigne l'antichambre d'où un couloir mène à la chambre funéraire. La tombe s'étend sur une longueur totale d'un peu plus de 210,30 m. Les murs de schiste de la chambre funéraire étant de mauvaise qualité pour la décoration, les textes funéraires furent écrits à l'encre rouge et noire sur des blocs de calcaire qui ont probablement plaqué les murs. La momie de la Reine Hatchepsout est restée introuvable jusqu'au 27 juin 2007 où Zahi Hawass a annoncé qu'une des deux momies découvertes en 1903 et exhumées en 1989 du tombeau KV60 par Donald P.Ryan était celle de la Reine.




KV21 ▪ Propriétaire : Inconnu, peut-être la Reine Ânkhesenamon ?
▪ Découvert : 9 octobre 1817 par Giovanni Battista Belzoni

Le tombeau fut Découvert le 9 octobre 1817 par Giovanni Battista Belzoni qui commença immédiatement les premières fouilles. Il fut ensuite cartographié par James Burton en 1825, puis par Eugène Lefébure en 1889. Enfin d'autres fouilles sont faites par Donald P.Ryan en 1989-1990. Le tombeau est construit selon le type des tombeaux royaux de la XVIIIe dynastie. Il contient les momies de deux femmes supposées être des Reines de cette dynastie, on n'en sait pas plus aujourd'hui sur son (ou ses) propriétaire (s). La tombe se trouve sur un axe Est-ouest et se compose d'une entrée et de deux couloirs en pente. Le deuxième couloir mène à une chambre funéraire avec un pilier central et à une chambre latérale. Il y a une cavité le long du côté Nord de la chambre funéraire. La tombe s'étend sur une longueur totale d'un peu plus de 41 m. Des tests ADN récents, publiés en février 2010, ont émis l'hypothèse que l'une des deux momies de Reine, retrouvée dans cette tombe, pourrait être celle d'Ânkhesenamon, la Grande Épouse Royale de Toutânkhamon (1336-1327).




WV22 (KV22) ▪ Propriétaire : Amenhotep III (1390-1353/52, XVIIIe dynastie), la Reine Tiyi I et la Princesse/Reine Sitamon
▪ Découvert : En 1799




Momie d'Amenhotep III


Ce tombeau est découvert en 1799 par Édouard Devilliers du Terrage, Jean-Baptiste-Prosper Jollois et Édouard René (Mais il a pu être découvert avant par William George Browne). Il sera aussi cartographié par ces membres de l'expédition Napoléonienne. Les fouilles reprendront avec Théodore Monroe Davis de 1905 et 1914, mais les résultats de ses travaux ne sont pas connus, puis avec Howard Carter en février mars 1915. Une dernière campagne de fouilles et de restaurations est effectuée depuis 1989 par une équipe Japonaise de la mission archéologique Égyptienne de l'université Waseda. Le tombeau est situé dans la partie Ouest de la vallée des Rois (WV). Il est le plus grand dans cette partie occidentale de la vallée.

Dans son plan de construction il est très semblable au tombeau KV43 de Thoutmôsis IV. Il se compose de deux couloirs menant à une première chambre avec sa chambre latérale, puis sur une salle à colonnes avec une descenderie latérale. Un couloir donne sur une antichambre et la chambre funéraire du Roi. Celle-ci a plusieurs chambres latérales qui servirent également de chambre funéraire pour la Reine Tiyi I et pour la Princesse/Reine Sitamon (ou Satamon), fille et autre épouse d'Amenhotep III. La tombe s'étend sur une longueur totale d'un peu moins de 126,70 m. Le corridor, l'antichambre et la chambre funéraire sont décorés des mêmes motifs que le tombeau KV43 de Thoutmôsis IV. On y trouve des textes de l'Amdouat (Chambre funéraire) et des représentations du défunt avec des déités.

La momie du Roi fut retrouvée en 1898, par Victor Loret, dans la cachette de la tombe KV35 d'Amenhotep II, où elle avait été transportée sous Pinedjem I (1070-1054, XXIe dynastie) par les autorités Thébaines. Le tombeau fut vidé de ses trésors dès l'Antiquité par les pilleurs de tombe et a beaucoup souffert depuis des usures du temps et des nombreuses visites. Des parties de fresques ont été prélevées altérant les parois du tombeau. Peu d'objets ont réchappé au pillage en dehors de quelques oushebti qui sont exposés dans différents musée égyptologiques du monde et un certain nombre d'articles funéraires trouvés, associés à l'enterrement de la Reine Tiyi I.


WV23 (KV23) ▪ Propriétaire : Aÿ II (1327-1323, XVIIIe dynastie)
▪ Découvert : Au cours de l'hiver 1816, par Giovanni Battista Belzoni





Le tombeau reconstitué d'Aÿ II



Le tombeau fut Découvert l'hiver 1816 par Giovanni Battista Belzoni (Expédition dirigée par Henry Salt) qui commença immédiatement les premières fouilles. Elles seront reprises en 1908 par Howard Carter avec le déplacement des fragments du sarcophage vers le Caire. Gaston Maspero les fit rassembler et reconstituer dans le musée Égyptien du Caire. Enfin en 1972, Otto J.Schaden continua l'excavation pour le compte de l'université du Minnesota et dégagea entièrement la tombe.

Cette sépulture est situés dans la partie Ouest de la vallée des Rois (WV). Ce fut le dernier tombeau à être employé dans cette partie de la vallée. C'est la première tombe du site sans axe coudé. On pense aujourd'hui qu'elle était à l'origine préparée pour Toutânkhamon, mais comme elle n'était pas terminée lorsque celui-ci décéda, le jeune Pharaon fut enterré dans une tombe plus petite de la vallée (KV62).

La tombe est un maillon essentiel dans l'histoire de l'architecture funéraire royale du Nouvel Empire (1549-1080) dans la vallée des Rois. En effet, c'est la première fois que le tombeau du Pharaon possède un plan totalement rectiligne, sans courbe, sans angle droit. Amenhotep IV (ou Akhenaton, 1353/52-1338) utilisa cette innovation pour sa propre tombe à Amarna. Le tombeau, qui resta inachevé, s'étend sur une longueur totale d'un peu plus de 60,10 m. Il se compose d'une entrée (A) assez profonde, suivit d'un couloirs (B) en pente assez raide qui donnent sur une salle-couloir (C), suivit d'un autre couloir (D), qui mène à une antichambre (E), qui précède la chambre funéraire (F), assez grande. La tombe se termine par une dernière salle inachevée (G). La première salle (C), qui est dotée d'un escalier juste après le premier couloir, n'a sans doute pas été entièrement creusée, c'est pour cette raison qu'elle est souvent considérée comme un couloir. La dernière salle a été entièrement creusée et juste préparée pour un décor. La tombe, outre son plan, se démarque aussi par un décor assez atypique pour une tombe royale. Celui-ci se rapproche de celui de la tombe de Toutânkhamon. Il est peint et le style ressemble au tombeau du jeune Pharaon.





La chambre funéraire est la seule salle qui eut droit à un décor peint, dans le tombeau, avec des scènes de l'Amdouat, du Livre des Morts et des représentations du Pharaon et de diverses déités. Dans cette chambre, sur le mur de droite, le défunt est montré dans un marais, entrain d'harponner, ou encore tirant des plantes du marais, c'est le seul cas d'une telle scène dans un tombeau royal. Le souverain, debout sur une petite embarcation, suivi de la Reine Tiyi II (ou Ti ou Tiy ou Ty), tient sans doute un harpon. Il s'agit peut-être d'une scène de pêche. Puis, nous retrouvons une double représentation d'Aÿ II debout sur une embarcation. Sur la première, il s'approche d'un fourré où des oiseaux s'envolent. La Reine est présente. Le Pharaon semble arracher des tiges de papyrus. La deuxième scène le montre capturant des oiseaux. Le nombre d'oiseaux est de 12, se qui peut avoir comme symbolique les 12 heures du jour et de la nuit.

Les représentations d'Aÿ II et de la Reine furent systématiquement détruites, sans aucun doute sur ordre de son successeur, Horemheb (1323-1295). Le mur suivant se compose d'un grand décor évoquant le Livre de l'Amdouat et la première heure. En haut, la barque solaire navigue. Deux hommes l'encadrent, ce sont des Osiris. À gauche de la barque, on voit cinq divinités, dont Maât et Horus. Ils accueillent le défunt dans l'au-delà. Les babouins, évocation du livre de l'Amdouat, symbolisent la réapparition du soleil et les heures de la nuit. Le décor est intact. Lorsque l'on continue en direction de l'entrée de la dernière salle, on voit Aÿ II, qui ressemble plus à un enfant qu'à un homme âgé, proche d'Osiris qui pose une main sur sa nuque.




Barque portant l'Ennéade d'Héliopolis


Le Pharaon porte un pagne, sa coiffe royale et sa fausse barbe. Sur la scène suivante, il est reçu par la Déesse de l'Ouest, l'Ouest étant le monde de l'au-delà. Immédiatement derrière l'image du souverain, un personnage particulier portant sur la tête deux bras levés. Il s'agit du Ka royal d'Osiris, son âme. Entre les bras de ce personnage, un Sérekh contient le nom d'Horus du Pharaon. La scène suivante reprend le même fonctionnement. Le Pharaon et le Ka sont devant la Déesse Nout. La divinité a dans ses mains ouvertes le signe de l'eau. Enfin, la Déesse Hathor tient dans ses mains le Pharaon. Le nom d'Horus et les images du Ka royal n'ont pas été martelés, pour assurer la vie dans l'au-delà au défunt.

Au-dessus de l'entrée menant à la dernière salle, on remarque une représentation unique dans la vallée des Rois, une scène représentant les "Quatre fils d'Horus", sous une forme humaine, les quatre divinités gardiennes des vases canopes préservant les viscères du Roi, assis deux par deux autour d'une table. À gauche avec la couronne blanche, on voit Douamoutef et Qebehsenouf, à droite, avec la couronne rouge, on trouve Amset et Hâpi. Sur le dernier mur, en direction de l'entrée de la chambre funéraire, nous trouvons, sur le décor du haut, la barque portant neuf divinités représentant l'Ennéade d'Héliopolis, avec à sa tête, Rê Horakhty, Dieu solaire. Autre décor remarquable, celui de la Déesse Nephtys debout entre deux barques. La seconde barque est une barque solaire portant deux faucons. Cette barque est appelée barque Mandjet. Elle sert au soleil durant son voyage diurne. En dessous des barques, on trouve un long texte, évoquant les chapitres 130 et 144 du Livre des Morts. Quatre petites niches, furent creusées dans les parois de la tombe. Elles contenaient les briques magiques servant à protéger la momie du défunt contre les ennemis d'Osiris. Elles se situent aux quatre points cardinaux.





Les fils d'Horus représentés dans la tombe


C'est le seul tombeau ouvert au public dans la vallée Ouest. Le travail de Giovanni Battista Belzoni avait mis en évidence le sarcophage cassé. Celui-ci fut récemment réinstallé dans la tombe et surmonté par son couvercle, découvert en 1972 par Otto J.Schaden. D'autres objets furent trouvés par J.Schaden, comme : Des fragments de statues de déités en bois, plusieurs rosettes de cuivre dorées de cercueil, des restes fragmentaires humains d'origine encore incertaine, des poteries datant du Nouvel Empire (1549-1080) et de la période Romaine. La momie d'Aÿ II n'a pas encore été identifiée.

Ce qui frappe dans cette tombe royale ce sont les nombreuses dégradations volontaires de la figure du Roi et de son nom. En effet la plupart furent grattés, mais cette persécution ne fut pas systématique, comme dit plus haut le Ka du Roi demeura intact. Otto J.Schaden affirme que le souverain fut réellement enterré là et pense même que son successeur, Horemheb, présida les funérailles. J.Schaden attribue les dégradations de la tombe à la XIXe dynastie (1295-1186). À cette période les tombes de la vallée des Rois furent pillées et leur contenu dispersé.


WV24 (KV24) ▪ Propriétaire : Inconnu
▪ Découvert : Vers 1820

Ce tombeau est situé à l'extrémité de la partie Ouest de la vallée des Rois (WV). Il fut cartographié pour la première fois par John Gardner Wilkinson en 1820-1825 et 1828, puis par Robert Hay en 1825 et 1835. Il fut ensuite fouillé par Howard Carter, mais ce fut seulement en 1991-1992 qu'il fut entièrement exploré par Otto J.Schaden. C'est un tombeau de conception non royale dont le propriétaire est inconnu. Il se compose d'un puits rectangulaire profond et d'une chambre rectangulaire. La tombe s'étend sur une longueur totale de 6,40 m.


WV25 (KV25) ▪ Propriétaire : Peut-être Amenhotep IV(Aménophis ou Akhénaton, 1353/52-1338, XVIIIe dynastie
▪ Découvert : En 1817 par Giovanni Battista Belzoni

Ce tombeau est situé à l'extrémité Sud-ouest de la partie Ouest de la vallée des Rois (WV), cent mètres plus bas environ que KV23. Il fut découvert en 1817 par Giovanni Battista Belzoni qui commença immédiatement les premières fouilles. En 1972-1973, il fut entièrement exploré par Otto J.Schaden. Il est évident que c'est le début d'une tombe royale, mais elle ne sera jamais terminée ni décorée. Quelques spécialistes pensent qu'il fut construit pour Amenhotep IV (Aménophis ou Akhénaton, 1353/52-1338). Il fut creusé en pente en flanc de coteau. Il comprend l'entrée suivie d'un simple couloir et une chambre. Les fissures des murs furent recouvertes d'une mince couche de plâtre. La tombe s'étend sur une longueur totale d'un peu plus de 15,50 m. Deux groupes de quatre cercueils contenant chacun une momie furent trouvés. Le tombeau fut laissé sans décoration.


KV26 ▪ Propriétaire : Inconnu
▪ Découvert: Avant 1835

Le tombeau fut étudié pour la première fois par James Burton en 1825, puis par Victor Loret en 1898. Le puits rectangulaire de son entrée, dont le propriétaire est inconnu, est creusé en hauteur sur le flanc Nord-est du coteau de la branche Sud de l'oued menant à KV34. Il comprend une porte d'entrée qui ouvre sur un couloir, puis une deuxième porte ouvrant sur une chambre, qui a très probablement servi de chambre funéraire. La tombe s'étend sur une longueur totale d'un peu plus de 11 m. Le tombeau n'a jamais été dégagé et est toujours encombré d'énormément débris.


KV27 ▪ Propriétaire : Inconnu
▪ Découvert : Avant 1825

Le tombeau fut cartographié pour la première fois par John Gardner Wilkinson en 1825 et 1828. Eugène Lefébure l'a décrit brièvement, mais il faudra attendre 1990 pour qu'il soit fouillé entièrement par Donald P.Ryan. Cette tombe, dont le propriétaire est inconnu, est non décorée et semble être de conception non royale. Elle comprend un puits rectangulaire d'entrée qui s'ouvre directement dans une chambre, elle aussi rectangulaire, avec un puits perpendiculaire. Cette chambre possède trois chambres latérales, une au Sud et deux à l'Ouest. La conception peu commune du tombeau avec ses chambres latérales multiples est semblable à celle de KV5 (Sur une plus petite échelle). La tombe s'étend sur une longueur totale d'un peu plus de 20,70 m.


KV28 ▪ Propriétaire : Inconnu
▪ Découvert : Avant 1825

Le tombeau fut cartographié pour la première fois par John Gardner Wilkinson en 1825 et 1835, mais il faudra attendre 1990 pour qu'il soit fouillé entièrement par Donald P.Ryan. Cette tombe, dont le propriétaire est inconnu, consiste seulement en un puits menant à une petite chambre rectangulaire qui possède une porte dans son mur arrière. la tombe n'est pas décorée. Cette sépulture s'étend sur une longueur totale d'un peu plus de 8 m.


KV29 ▪ Propriétaire : Inconnu
▪ Découvert : Avant 1825

Le tombeau fut cartographié pour la première fois en 1825 par James Burton, puis par John Gardner Wilkinson en 1825-1828 et enfin par Victor Loret en 1899. Cette tombe dont le propriétaire est inconnu, consiste seulement en un puits rectangulaire d'entrée. Elle n'a pas été fouillé et seule l'entrée est visible. Elle est inaccessible et aucun détail au sujet de son plan ou de son contenu n'est disponible. Sa longueur totale est de 1,40 m.


KV30 ▪ Propriétaire : Inconnu
▪ Découvert : En 1817 par Giovanni Battista Belzoni

Le tombeau fut Découvert en 1817 par Giovanni Battista Belzoni (Expédition mandatée par le Comte de Belmore) qui commença immédiatement les fouilles. Il fut ensuite cartographié par James Burton en 1825, puis Victor Loret en 1898. Ce tombeau, dont le propriétaire est inconnu, se compose d'un puits, puis d'un couloir menant dans une chambre avec quatre chambres latérales. La tombe s'étend sur une longueur totale d'un peu plus de 42 m.


KV31 ▪ Propriétaire : Inconnu
▪ Découvert : En 1817 par Giovanni Battista Belzoni

Le tombeau fut Découvert en 1817 par Giovanni Battista Belzoni (Expédition mandatée par le Comte de Belmore) qui commença immédiatement les fouilles. Il fut ensuite cartographié par James Burton en 1825, puis par Victor Loret en 1898. Le tombeau, dont le propriétaire est inconnu, est aujourd'hui totalement ensablé et aucun détail n'est disponible au sujet de son contenu. Seulement une partie du puits rectangulaire d'entrée est actuellement apparente. La tombe s'étend sur une longueur totale d'un peu plus de 3,20 m.


KV32 ▪ Propriétaire : Tombe de Tiâa I (Épouse d'Amenhotep II, 1390-1353/52, XVIIIe dynastie)
▪ Découvert : En 1898 par Victor Loret




Entrée de la tombe KV32


Le tombeau fut Découvert en 1898 par Victor Loret qui commença immédiatement les premières excavations. Il faudra attendre 2000-2001 et l'expédition MISR (Mission Siptah-Ramses X) de l'Université de Bâle pour que les fouilles soient reprises. Des fragments de son matériel funéraire y ont été mis au jour. Ce tombeau non fini et non décoré fut identifié récemment comme étant l'hypogée de la Reine Tiâa I (Épouse d'Amenhotep II, 1390-1353/52, XVIIIe dynastie). Il se compose d'une entrée suivie de deux couloirs en pente qui mènent à une chambre funéraire non finie avec un pilier cassé au centre et une chambre latérale au Sud. Cette chambre était en partie remplie de débris d'inondation provenant de la tombe KV47 du Roi Siptah, de la XIXe dynastie, adjacente à la sienne et avec laquelle elle communiquait par un large trou.

La découverte de ces débris ont dans un premier temps amené les égyptologues à croire que la tombe appartenait à la mère de Siptah qui porte aussi le nom de Tiâa, toutefois, depuis lors la mère de Siptah ayant été identifiée, la tombe a été réattribuée à Tiâa I. L'attribution est confirmée par de récentes recherches menées dans KV32 par Elina Paulin-Grothe. Elles ont également abouti à la mise au jour de nouvelles pièces du mobiliers funéraire de la Reine. La tombe s'étend sur une longueur totale d'un peu plus de 39,50 m et son plan général ressemble à KV21. À ce jour nous n'avons toujours pas retrouvé la momie de Tiâa I.


KV33 ▪ Propriétaire : Inconnu
▪ Découvert : En 1898 par Victor Loret

Le tombeau fut Découvert en 1898 par Victor Loret qui commença immédiatement les premières excavations. Cette tombe, dont le propriétaire est inconnu, n'est toujours pas aujourd'hui totalement déblayée. La seule description qui en a été donnée est de Karl Baedeker, qui a déclaré qu'elle était petite et accessible par l'intermédiaire d'un escalier. Le tombeau se compose de deux chambres non décorées, mais aucun plan précis n'existe.


KV34 ▪ Propriétaire : Thoutmôsis III (1479-1425, XVIIIe dynastie)
▪ Découvert : Le 12 février 1898 par Victor Loret



Le tombeau fut découvert le 12 février 1898 par Victor Loret qui commença immédiatement les premières excavations. Il fut suivi par Georges Daressy en 1898-1899. Il fut photographié par Paul Bucher en 1932. Ce tombeau, attribué à Thoutmôsis III (1479-1425, XVIIIe dynastie), représente une transition dans la conception des tombeaux royaux.

Son architecture représente une transition dans la conception de tombe royale. Il se compose d'une entrée assez raide qui donne accès à un corridor, puis à l'antichambre avec sa descenderie centrale et un deuxième corridor menant à une autre chambre. Celle-ci est de forme trapézoïdale et possède deux piliers centraux.




À son extrémité Nord elle descend par un escalier dans la chambre funéraire magnifiquement décorée. La tombe s'étend sur une longueur totale d'un peu plus de 76 m (76,11 m). La chambre funéraire est rectangulaire avec les coins arrondis, lui donnant l'aspect d'un cartouche et est flanquée de quatre chambres latérales. La chambre à colonnes est décorée des scènes de l'Amdouat.

La chambre funéraire est décorée aussi de trois registres de l'Amdouat et des scènes des litanies de Rê. Ce tombeau possède la première version complète de l'Amdouat sur ses murs. On y a retrouvé des momies de la Période Ptolémaïque (305-30). La momie de Thoutmôsis III fut découverte parmi d'autres momies royales dans la cachette de la tombe DB320 de Deir el-Bahari, découverte en 1881.


KV35 ▪ Propriétaire : Amenhotep II (1428/27-1401, XVIIIe dynastie)
▪ Découvert : Le 9 mars 1898 par Victor Loret



Momie d'Amenhotep II


Le tombeau fut découvert le 9 mars 1898 par Victor Loret. Il fut photographié par Paul Bucher en 1932. Il est attribué à Amenhotep II (1428/27-1401, XVIIIe dynastie). La conception architecturale du tombeau établit les éléments de base d'un plan qui se poursuivra toute la XIXe dynastie. L'architecture de cette sépulture ajoute également quelques nouveaux dispositifs dans la conceptions de tombeaux : Une chambre latérale a été ajoutée à la base du puits. La chambre funéraire adopte une forme rectangulaire et est divisée en sections à colonnes, la dernière est parfois désignée sous le nom de "crypte". Un couloir descendant par un escalier mène à la chambre funéraire et à la chambre à colonnes.

Deux couloirs descendants mènent à l'antichambre avec une ouverture latérale au fond. Une chambre à colonnes rectangulaire avec deux piliers centraux est située au-delà du puits. Son axe long est perpendiculaire à celui des passages précédents. La chambre funéraire avec un sol à deux niveaux, a six piliers et une partie creusée centrale contient le sarcophage. Elle possède quatre chambres latérales. La tombe s'étend sur une longueur totale d'un peu plus de 91,80 m. Dans ce tombeau seulement la chambre funéraire est décorée, la plupart du temps des mêmes motifs que la tombe KV34. Les murs sont parés de frises avec des scènes de l'Amdouat et ses piliers sont embellis de représentations du Roi devant Osiris, Hathor et Anubis.






Le sarcophage du Roi

Dans la première des salles latérales situées à droite de la chambre funéraire, Victor Loret a mis au jour deux momies dépouillées sans cercueils, appelées "Young Lady" et "Old Lady" qui font depuis grand débat entre les spécialistes. Elle sont tour à tour les sœurs ou les mères de Toutânkhamon, ou la Reine Néfertiti, ou la Reine Kiya, ou encore la Reine Tiyi. Depuis février 2010, la "Young Lady" serait identifiée à Baketaton ou à Nebetâh !!!.




Intérieur de la tombe



Ce tombeau servit de cachette pour des momies à la fin de la XXe dynastie. On en dénombre 18, dont certaines royales, qui furent placées ici par les Grands Prêtres d'Amon. On trouve notamment celles des Rois : Amenhotep III, Mérenptah, Ramsès IV, Ramsès V, Ramsès VI, Séthi II, Siptah et Thoutmôsis IV. D'autres restes ont aussi été trouvés dans la tombe, dont deux squelettes et un bras momifié, ainsi que des vestiges du mobilier funéraire d'Amenhotep II.

Outre le sarcophage du Roi avec sa momie encore en place on a découvert : Le coffre à vases canopes en albâtre ; trois modèles de barques solaires au décor peint ; une collection d'oushebtis et des amulettes prophylactiques ; une statue bitumée grandeur nature du Roi le représentant debout ; des vestiges de vases ; un exemplaire complet du Livre des Cavernes copié sur un papyrus, etc... Quelques spécialistes avancent l'idée que cette tombe ait aussi abrité la dépouille de Méritrê-Hatchepsout (Épouse de Thoutmôsis III, 1479-1425, XVIIIe dynastie), au lieu du tombeau KV42 qui lui est attesté généralement.
avatar
Romy50300
Admin

Messages : 1603
Date d'inscription : 25/02/2012
Age : 46
Localisation : 50300 avranches

http://romy50300.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les tombes des pharaons

Message  Romy50300 le Jeu 30 Jan 2014 - 22:32

KV63


KV 63 est le nom donné au dernier tombeau découvert dans la vallée des rois, en 2006, dans la nécropole thébaine sur la rive ouest du Nil face à Louxor en Égypte, par l'équipe d'archéologues de l'Université de Memphis (États-Unis) conduite par Otto J. Schaden. La précédente découverte remontait à 1922, la tombe inviolée du pharaon Toutânkhamon (KV62).

Elle aurait été découverte à quatre mètres sous le niveau du sol, enterrée sous des gravats et des pierres issus du creusement postérieur de tombes et d'éboulement naturel, et à peine cinq mètres de la tombe de Toutânkhamon. La KV 63 était prévue à l'origine pour Kiya, la mère du pharaon.

L'hypogée rectangulaire contenait une vingtaine de grandes jarres fermées à l'aide de cachets royaux et cinq momies avec des masques funéraires colorés reposant dans des sarcophages de bois inviolés.

L'étude approfondie de la tombe prendra du temps, mais les premières analyses transmises par Zahi Hawass (dirigeant du Conseil suprême des Antiquités égyptiennes) laissent penser qu'elle daterait de la XVIIIe dynastie et qu'elle était destinée à l'épouse ou au fils d'un souverain, ou à un prêtre ou un haut responsable de la cour. Il semble probable que cette petite hypogée (3 m²) était prévu à l'origine pour ne recevoir qu'un sarcophage. On ne sait pas encore si le commanditaire de la tombe fait partie des cinq momies retrouvées ni si les objets présents dans la tombe lui sont contemporains. L'agencement chaotique des jarres laisse penser que l'enterrement (du moins le dernier) aurait pu être réalisé à la hâte.
avatar
Romy50300
Admin

Messages : 1603
Date d'inscription : 25/02/2012
Age : 46
Localisation : 50300 avranches

http://romy50300.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les tombes des pharaons

Message  Romy50300 le Ven 31 Jan 2014 - 10:46








Lorsque le 4 novembre 1922 Howard Carter découvre la tombe KV 62 du pharaon Toutankhamon-Nebkheperourê quasiment intacte, une page majeure de l'archéologie s'ouvre.

Pour la première fois, les égyptologues et le public, fascinés, découvrent la splendeur dont s'entouraient les rois d'Égypte avec les milliers d'objets présents dans la tombe.

Les magnifiques sarcophages, les trônes et masques d'or vont enflammer l'imagination de générations d'archéologues et des touristes qui se pressent de nos jours par milliers chaque année pour visiter la tombe.

La moyenne du nombre de visiteurs atteignant les 2000 par jour, le Service des Antiquités a du fixer des quotas de visites pour préserver la tombe.

Mais c'est insuffisant, et depuis 2010, la tombe est fermée : d'une part, un ambitieux programme de restauration a commencé, pour une durée annoncée de cinq ans, d'autre part, une réplique du monument est en cours d'élaboration, laissant penser que, comme pour Lascaux, c'est elle que les visiteurs verront à l'avenir.

Les circonstances de la découverte ayant été amplement détaillées par Carter, nous n'y reviendrons pas et renvoyons à ses ouvrages.

Un leitmotiv assez récurrent est de regretter le fait que seule la tombe d'un "petit" pharaon ait été retrouvée intacte, et d'imaginer ce qu'aurait pu être la sépulture d'un pharaon prestigieux au long règne.

Il serait peut-être plus sage de se dire que cette tombe date de la XVIIIème Dynastie, une des plus illustres et des plus riches de l'histoire égyptienne, où l'art atteint des sommets, qu'elle concerne un roi situé à une période charnière de l'histoire qu'elle contribue à éclairer et enfin qu'il n'est pas évident que le matériel funéraire découvert ait été tellement moins abondant que pour un autre pharaon au règne plus long et à la tombe plus vaste.


LE ROI TOUT-ANKH-AMON





Toutankhamon (1335 - 1327 av. J.-C.) est le fils du pharaon "hérétique" Akhenaton (et non celui d'Amenhotep III).

Son origine maternelle, comme ses conditions d'accession au trône restent discutées.

L'étude de l'ADN de certains membres de la famille royale de la période amarnienne montrent qu'il n'est ni le fils de Nefertiti, ni celui de la dame Kiya (les deux épouse d'Akhénaton habituellement citées), mais d'une fille d'Amenhotep III et d'Akhénaton.

Il est donc le fruit d'un inceste, ce qui explique bien sa nature débililitée (cf infra).

Sa légitimité n'est pas douteuse, et il monte sur le trône sous le nom de Toutankhaton "l'image vivante d'Aton", puis on lui fait renoncer, en l'an 2 de son règne à l'hérésie amarnienne et rétablir le culte d'Amon, comme il le décrit sur la stèle dite "de la restauration" dans le temple de Karnak.

Son nom est alors transformé en Toutankhamon "l'image vivante d'Amon" et la cour revient à Thèbes, abandonnant l'éphémère capitale de son père, Akhetaton (voir la titulature de TTA sur le site Rennes Égyptologie).

Mais il s'agit d'un enfant, qui ne saurait gouverner l'Égypte, et il semble que deux de ses soeurs, notamment Merytaton, aient intrigué pour l'écarter -temporairement- du pouvoir, apparemment sans résultat.

La gouvernance du pays est confiée à trois personnages principaux : le "père divin" (épithète dont la signification précise nous échappe encore) Aÿ qui joue le rôle central de régent, Maya qui a en charge le trésor, et le général Horemheb à la tête de l'armée.

Sous cette compétente direction, l'Égypte restaure sa puissance intérieure et extérieure, comme en témoigne la magnifique tombe que le général Horemheb se fait construire à Saqqara (voir la tombe du généralissime Horemheb).

Toutankhamon meurt jeune, à environ 19 ans, sans avoir engendré de prince héritier.

Les circonstances de sa mort brutale restent toujours incertaines, même si le débat a rebondit en 2005 et en 2010.

En mars 2005, un scanner de la momie du roi permet d'écarter l'hypothèse du meurtre par instrument contondant : le crâne ne montre pas de trace de coup comme on a pu le dire antérieurement.

Par contre, il existe une fracture de jambe qui, si elle s'est ouverte, peut-être cause du décès par infection (scanner).

En 2010, une étude de génétique comparative très importante parait dans le Journal of the American Mecical Association : "Ancestry and Pathology in King Tutankhamun's Family".





Abstract du JAMA 303(7):638-647, 2010

(voir arbre généalogique ) Les empreintes digitales génétiques ont permis de construire un pédigrée basé sur 5 générations dans la lignée hiérarchique directe de Toutankhamon.

La momie KV55 et la momie KV35YL ont été identifiées comme étant les parents de Toutankhamon (ce seraient Akhenaton et une de ses soeur biologique père : Amenhotep III ; mère ?), donc ni Nefertiti, ni Kiya).

Aucun signe de gynecomastie, de craniosynostoses (p.ex. syndrome d’Antley-Bixler) ou de syndrome de Marfan n’ont été découverts, mais une accumulation de malformations présentes dans la famille de Toutankhamon est évidente.

Plusieurs pathologies incluant la maladie de Köhler II3 ont été diagnostiquées chez Toutankhamon.

Aucune de ces pathologies prises séparément n’a pu entraîner la mort.

Des tests génétiques pour des gènes STEVOR, AMA1 ou MSP1, spécifiques du Plasmodium falciparum ont révélé un signal de "malaria tropica4" dans quatre momies y compris celle de Toutankhamon.

Ces résultats suggèrent une "nécrose avasculaire de l’os en conjonction avec une infection palustre" comme la cause la plus probable de la mort de Toutankhamon.

L'existence de problèmes de marche semble confirmée par la découverte dans la tombe de Toutankhamon de 130 cannes de marche.

Par ailleurs on a également trouvé plusieurs produits pharmaceutiques destinés à sa vie dans l’Au-delà attestant très certainement de son état de santé précaire.



Son successeur déjà âgé au moment où il monte sur le trône est le "père divin" Aÿ (voir la tombe de Aÿ).

C'est lui qui organise ses funérailles dans la Vallée des rois, conformément à la tradition, et fait tout à fait unique, son nom figure dans la tombe de son successeur.

C'était déjà un vieil homme lorsqu'il accède au trône, et après un bref règne de seulement quatre ans, il meurt à son tour.

Son successeur, le chef de l'armée, le général Horemheb, n'avait, tout comme lui, aucun droit légitime au trône.

Ce n'est qu'avec ce dernier que l'épisode amarnien est considéré comme clos, et ses années de règne seront comptées à partir du dernier pharaon "légitime", Amenhotep III.

Les générations suivantes, et surtout les Ramessides, s'efforceront ensuite d'effacer toute trace de cette période en gommant des listes officielles tous les rois entre Amenhotep III et Horemheb.



LA TOMBE KV 62





Ce n'est certes pas pour sa taille ou pour la richesse de sa décoration que la tombe est célèbre.

On a souvent souligné, à juste titre, la petite taille de la tombe : c'est en effet la plus petite des tombes royales de la Vallée des Rois, dont elle ne suit pas le plan général.

On pense qu'à l'origine elle était destinée à un personnage non royal de haut rang, peut-être Aÿ, et qu'elle a été décorée à la hâte au moment du décès inattendu du roi.


La tombe prévue pour Toutankhamon était probablement celle qui sera finalement utilisée (encore inachevée) pour l'enterrement de Aÿ, la tombe KV 23, située dans la vallée de l'est, à côté de celle d'Amenhotep III.

Ce choix singulier n'est surement pas le fruit du hasard : que ce soit Toutankhamon ou Aÿ, l'un et l'autre avaient à coeur de se légitimer en se rapprochant de la tombe du dernier souverain précédant la période "hérétique".

Quoique très petite et d'architecture très différent des autres tombes royales, on estima que KV62 réunissait les critères canoniques suffisants pour permettre un ensevelissement rituel du roi, avec notamment un retour à une rupture d'axe, alors que la tombe d'Akhenaton en Amarna comporte un axe unique, afin que rien n'entrave la lumière solaire.

II s'agit d'une syringe (tombe rupestre) dont l'entrée est taillée directement dans le calcaire du ouadi principal de la vallée.
Un escalier de 16 marches mène à un court corridor de 7,60m orienté à l'est, qui donne directement sur l'antichambre.

Les six marches les plus basses furent rasées lorsqu'il fallut faire passer du mobilier funéraire de grande taille dans la tombe.

Elles furent ultérieurement reconstruites en pierre et mortier pour restituer l'original.

Les parois du corridor sont correctement lissées mais aucun enduit n'a été appliqué ; son extrémité est obturée par une maçonnerie plâtrée derrière laquelle se trouve l'antichambre et son très important mobilier.

Toutes les précautions avaient dû être prises pour sécuriser la sépulture.

Cela n'a pas empêché la tombe de Toutankhamon de recevoir au moins deux fois la visite de pillards, très peu de temps après l'enterrement.

Mais la nécropole thébaine était encore bien gardée, et aucune autre intrusion n'eut lieu.

Rien ne se passe jusqu'au creusement en surplomb de la tombe de Ramses VI à la XXème Dynastie.

Il se produit alors un éboulement qui dissimule miraculeusement l'entrée de la tombe du roi.

Au bout de quelques temps, les ouvriers y dressent leurs cabanes de travail. La tombe est alors oubliée, la préservant ainsi des pillages massifs de la fin de la XXIème Dynastie, et ce jusqu'à sa redécouverte en 1922.

ANTICHAMBRE ET ANNEXE





L'antichambre a été ainsi nommée par Carter, cette pièce rectangulaire est disposée perpendiculairement, avec une orientation sud-nord. Les murs sont plâtrés, mais il n'y a aucune décoration.

Sur le mur ouest, à gauche, s'ouvre une pièce baptisée annexe dont le plancher est situé 1m sous le niveau de l'antichambre.

Elle n'est pas décorée non plus.

Ces deux pièces furent découvertes remplies de matériel funéraire, essentiellement au nom du jeune roi, mais pas exclusivement, car de nombreuses pièces qui avaient été confectionnées pour un pharaon féminin.

Leur ordonnancement avait cependant été complètement bouleversé par les pilleurs. Les inspecteurs qui sont intervenus après le pillage ont remis un semblant d'ordre, mais sans manifestement prendre leur travail à coeur, empilant les objets dans les coffrets sans ordre et repoussant sans ménagement les objets longs contre les murs. Carter se demandait même pourquoi ils avaient pris cette peine pour un tel résultat.

Le mur nord de cette pièce comporte une ouverture vers la chambre funéraire.

Elle était initialement fermée et plâtrée, avec d'innombrables sceaux de la nécropole apposés sur le plâtre.

Elle aussi avait été percée par les pilleurs puis restaurée après le passage des inspecteurs. De chaque côté de l'ouverture, en défendant l'entrée comme l'aurait fait Anubis, se dressait les deux célèbres statues en bois noirci du roi (vue unidia_35477).

LA CHAMBRE SÉPULCRALE

C'est la seule pièce décorée de la tombe. Au moment de la découverte, la pièce était entièrement occupée par les grandes chapelles en bois entourant le sarcophage royal (5 x 3,30 x 2,73 m), ne laissant qu'un très petit espace libre avec les murs (0,75m).

Sur le sol de cet espace étaient disposés des objets à valeur magique, et notamment onze avirons de gouverne.

Cette chambre est en contrebas par rapport à l'antichambre, et il est vraisemblable que la pièce d'origine a été élargie pour contenir les grandes chapelles dorées.

On reproduisait ainsi un semblant de tombe classique où existe une salle hypostyle surélevée par rapport à la chambre sépulcrale.






Les quatre murs de la pièce ont été revêtus de plâtre puis décorés.

Le plafond est resté tel quel.

Toutes les parois sont surmontées du signe du ciel "Pet", soutenu par des piliers à ses deux extrémités est et sud

Les thèmes décoratifs sont simples, peu nombreux, et l'on sent bien la hâte qui a du présider à la finition du travail.

Celui-ci a dû être rendu considérablement plus difficile par le peu d'espace dont disposaient les peintres.

En effet, on est sûr que le plâtre et le décor n'ont été appliqués qu'après la mise en place des chapelles. On peut imaginer les conditions de travail, dans cet espace confiné.

Ceci explique les innombrables taches marron qui mutilent plus ou moins les représentations et qui choquent immédiatement le visiteur.
Carter pensait des champignons avaient été introduits par le plâtre ou la peinture, puis que l'humidité due à l'évaporation du plâtre avait permis leur croissance.


Une étude menée en 2011 montre que la couleur brune est due à des amas de pigment mélanique produit par le métabolisme d'un champignon, mais peut-être aussi d'une bactérie.

Aucun agent infectieux précis n'a cependant été retrouvé, et les recherches ADN ont été négatives.

Quoi qu'il en soit, ces résultats confirment le fait que la chambre funéraire a été décorée à la hâte, et scellée alors que la couche picturale était encore humide.

Lorsqu'elle a été complètement sèche, les microorganismes ont disparu et les taches se sont stabilisées. Les conservateurs considèrent qu'elles font donc partie de l'histoire de la tombe, et n'envisagent pas de les effacer.

Les personnages sont peints à grande échelle, ce qui réduit beaucoup le nombre de scènes, qui se résument à la représentation du roi en compagnie de divinités et à des vignettes du Livre de l'Amdouat (= le monde souterrain), le tout sur un fond jaune-ocre censé imiter la couleur de l'or (la salle du sarcophage était d'ailleurs appelée "Salle de l'Or").

Dans chacun des quatre murs, sous le plâtre, une petite niche a été creusée pour y placer des figurines protectrices (niches des murs ouest et sud : vue unidia_35406_03 ; exemple d'une figurine : vue Carter, Anubis entouré de tissu).

Le trait des peintres est hâtif mais précis.

Les proportions des personnages nous apparaissent par contre exagérément modifiées, peut-être un reste du style amarnien chez ces artisans qui avaient probablement travaillé auparavant pour Akhenaton.

Ces motifs rappellent un peu ceux utilisés dans les tombes des deux derniers prédécesseurs "légitimes" du roi : son grand-père Amenhotep III et son arrière-grand-père Thoutmosis IV.

Si chez ce dernier le fond des murs est jaune d'or, comme ici, il est par contre bleu-gris chez Amenhotep III.





Mur nord


C'est celui que l'on a en face de soi en regardant la chambre funéraire depuis l'antichambre.
Trois scènes se suivent de droite à gauche :






Première scène


Il s'agit d'une représentation unique dans les tombes royales : le nouveau pharaon Aÿ, expressément nommé, pratique la cérémonie d'ouverture de la bouche sur son "père" Toutankhamon pourtant bien plus jeune que lui (vue unidia_35415).

Le nouveau roi est représenté canoniquement juvénile, de taille un peu inférieure à Toutankhamon.

Il est revêtu de la peau de panthère du prêtre-sem et coiffé de la couronne bleue (le Khepresh) avec l'uraeus et porte au pied des sandales blanches.

Il joue donc ici le rôle habituellement réservé à l'aîné des fils du roi défunt qui, en accomplissant les rites, affirme sa légitimité. Il s'agit clairement ici pour le vieux courtisan d'asseoir son droit -très contestable- au trône.

Le texte dit: "le dieu parfait, maître du Double-Pays, maître des rites, (le) roi de Haute et Basse Égypte Kheperkheperoura, (le) fils de Rê, le Père-divin, Aÿ, vivant pour le temps infini et le temps éternel, comme Rê".

Toutankhamon est représenté en Osiris (vue unidia_35414).

Il est coiffé de la couronne Atef doublée de l'uraeus et porte en main le fouet nekhakha et le flabellum, insignes de son pouvoir.

Sa grande barbe à bout recourbé indique son statut de mort glorifié. Il porte autour du cou un large collier Ousekh sur lequel se détache un scarabée Kheper qui pousse le disque solaire devant lui, signe de renaissance.

Entre les deux, le coffret contenant les objets nécessaires à la cérémonie, représentés au-dessus, pour qu'on les distingue mieux.

Les petits vases contiennent des boulettes d'encens.

Le texte dit : "le dieu parfait, maître du Double-Pays, seigneur des apparitions, (le) roi de Haute et Basse Égypte, Nebkheperourê, (le) fils de Ra Toutankhamon, maître de l'Héliopolis du sud (= Thèbes), doté de vie, éternellement".


Seconde scène




Le "maître du Double-Pays Nebkheperourê, doté de vie éternellement et à jamais" est représenté en costume des vivants, dans un style encore typiquement amarnien, avec un ventre saillant, un long cou.

Il est vêtu d'un pagne qui remonte haut sur les reins.

Au niveau du thorax s'étale un large collier ousekh.

Il porte une perruque courte sur laquelle est posé un cercle d'or terminé par un uraeus. D'une main, il tient une canne droite à bout doré et dans l'autre une massue ainsi que le signe de vie ankh.

Devant lui se tient la déesse Nout qui l'accueille en lui présentant dans chaque main le hiéroglyphe de l'eau (Gardiner N35) : elle fait le geste "nyny".

Nout est vêtue d'une robe à bretelles moulante et porte autour de la taille une large écharpe de lin rouge plisée, dont les pans descendent jusqu'aux mollets.

Elle aussi arbore des bijoux, collier ousekh et bracelets, tandis que sa perruque est maintenue par un ruban blanc de deuil.

Cette scène d'accueil est éclairée par le texte : "Nout, maîtresse du ciel, dame des dieux, elle fait nyny (pour) celui qu'elle a enfanté, elle donne santé et vie à ta narine, qui est vivant éternellement".


Troisième scène (vue unidia_35409)





Elle met en scène trois personnages :


• Le ka personnifié du roi

La notion de ka est très complexe et largement débattue.

L'homme nait avec son ka (qu'on appelle parfois son double), qui constitue son énergie vitale.

Mais, après la mort, il rejoint aussi son ka (mourir se dit d'ailleurs "passer à son ka"), dont la fonction est différente.


Le personnage-ka est coiffé d'une perruque tripartite surmontée par le hiéroglyphe ka (Gardiner D28) entourant deux signes qui se lisent "taureau puissant", une épithète royale habituelle.


Il porte la longue barbe recourbée des dieux dans l'au-delà.

D'une main il tient le signe de vie, et de l'autre il enserre le jeune roi qui se tient devant lui.

Une image superposable se trouve dans la tombe du successeur de Toutankhamon, Aÿ (vue tb_35).

Un court texte le définit comme "le ka royal de celui qui est à la tête du vestiaire (du palais royal)".

• Le roi

Il est représenté en costume des vivants, coiffé du némes, mais ne porte pas encore la barbe recourbée des dieux.

Il embrasse "Osiris, maître de l'Occident, le grand dieu", qui l'accueille, comme le montrent les deux mains sortant du suaire.

On remarquera que les deux bras du roi forment une figurine proche du hiéroglyphe ka.


• Osiris


Il est coiffé de la couronne Atef ; ses chairs sont vertes comme le cadavre en putréfaction, mais aussi comme la végétation qui renaît après l'inondation.

Ses deux mains sortent de don linceul moulant et se tendent vers le jeune roi.



Mur sud





Les représentations sont ici basée sur une grille à 18 cases, et non sur la grille amarnienne à 20 cases, qui a servi pour le reste de la pièce ; il est donc possible qu'elles soient d'une main différente.

• Hathor

Le premier personnage, à droite, est la déesse "Hathor, maîtresse du ciel, qui est à la tête de la nécropole occidentale".

Elle est vêtue comme sur le mur nord.

Sur la tête, elle porte le hiéroglyphe de l'Ouest (ce qui lui permet de fusionner avec la déesse de l'Ouest).

Elle tient un signe ankh dans chaque main, et tend l'un d'eux vers la narine du roi (vue unidia_35405).


• Le roi

Cette fois, Toutankhamon est coiffé du khat, cette pièce de tissu en vogue à l'époque amarnienne.

Il est dans une attitude passive, bras le long du corps, face à la déesse.

Sur son pagne blanc, il porte une pièce de tissu noir qui remonte sur les reins et se combine sur le devant à une ceinture rouge gaufrée et un devanteau multicolore.

Ses poignets sont enserrés dans deux larges bracelets noirs cerclés d'or.



• Anubis




Le dieu à tête de canidé, représenté lui aussi dans le style amarnien, tient d'une main un signe de vie, tandis que l'autre repose sur l"épaule du jeune roi, en un signe de protection et d'introduction.

Il est désigné comme "Anubis à la tête de l'Occident, le grand dieu qui est dans la place d'embaumement, maître du ciel".




La zone située derrière Anubis a été détruite par Carter lors du vidage de la salle, et Isis ainsi que les trois dieux ne sont plus dans la tombe.

Carter a préalablement retiré et sécurisé le fragment, qui devrait se trouver dans un magasin du Service des Antiquités, quelque part à Louxor.

Pour la réplique de la tombe, qui devrait remplacer à terme la visite du vrai monument, Factum Arte a créé un fac-similé à partir d'une photo en noir et blanc de Harry Burton (vue de gauche provenant de The art Newspaper) et il existe un dessin.

• Derrière Anubis se tient Isis

La déesse est vêtue comme Nout et, tout comme elle, fait le geste nyny, accompagnée de ce texte : "la maîtresse du ciel, qui accueille celui qu'elle a mis au monde ; puisse t-elle donner toute santé, toute vie [...] à ta narine, pour l'éternité".

• Trois dieux superposés terminent la paroi

Ils sont accroupis et tous désignés comme "grand dieu maître de la Douât", ce qui ne nous éclaire aucunement quand à leur nature et fonction... ils sont peut-être un raccourci symbolisant l'ensemble des divinités qui peuplent le monde inférieur (rappellons que le chiffre trois évoque la pluralité).



Mur ouest (reconstitution)





C'est la paroi principale de cette chambre funéraire, qui porte des représentations et des textes très courts extraits de la première heure du Livre de l'Amdouat (= le livre de ce qu'il y a dans l'au-delà).

Cette heure se situe au moment où le soleil n'est plus visible, mais où ses derniers rayons éclairent encore la terre : pour les Égyptiens, c'était l'antichambre du voyage souterrain de l'astre.


Le livre de l'Amdouat est une des compositions funéraires imaginées au Nouvel Empire par les théologiens pour décrire le parcours nocturne du soleil pendant les douze heures de la nuit, sa régénération et sa renaissance au matin, destin que le défunt souhaite partager.

La composition est réservée pendant longtemps au seul usage royal (et certaines parties le demeureront), mais une partie de la composition, ainsi que des abrégés, seront transcris sur papyrus, à l'usage des particuliers.

Registre supérieur

• Dans le rectangle de droite se trouvent cinq divinités debout (vue unidia_35406_01) : " la déesse Maât", "la Maîtresse de la barque", "Horus", "le Ka de Shou" et "Nehes".

Ce sont celles qui ont été choisies par les théologiens parmi les centaines qui peuplent le monde souterrain. Elles accueillent le défunt dans le monde inférieur.

• Au-dessus, se trouve un court texte en hiéroglyphes rouges, écrit sans ordre comme c'est beaucoup d'autres dans le Livre de l'Amdouat, il pouvait être cependant compris par le défunt initié : "Les deux Maât qui halent ce dieu dans la Mesketet qui navigue avec les membres de l'assemblée de cette ville".

La barque Mesketet est la barque empruntée par l'astre solaire pour son périple nocturne dans l'au-delà ; après sa renaissance, à l'aube, il la quitte pour embarquer sur la barque Mandjet pour son périple diurne.

La barque est tirée par les deux Maat, un des nombreux exemples de la dualité omniprésente dans la pensée égyptienne : les deux Maat ce sont les Deux Terres, la Haute et la Basse Égypte, la rive droite et la rive gauche, la double salle du tribunal, etc.).

• Le tableau de gauche se trouve canoniquement au registre médian inférieur de la première heure.

On y voit la barque solaire portant l'astre en devenir sous forme du scarabée Khépri, encadré par deux hommes en adoration, dont la nature divine est attestée par leurs barbes courbes, et nommés chacun "Osiris" ; ils représentent Toutankhamon osirifié (vue unidia_35406_02 et reconstitution).

La ligne de hiéroglyphes qui surplombe la scène continue l'inscription de droite (dans le désordre encore une fois) : "parmi lesquels ce dieu entre sous forme de bélier".

Le bélier (Gardiner E10) est un des hiéroglyphes servant à écrire le mot "ba", et c'est sous forme de ba que l'astre traverse le monde souterrain ; dans les textes, il est invariablement désigné comme "la Chair".

La fusion entre Osiris et Rê dans le monde souterrain a été résumée par les théologiens, aussi bien dans les tombes royales (chez la reine Nefertari, Grande Épouse Royale de Ramsés II par exemple), ou chez un humble artisan comme Nakhtamon (TT335 à Deir el Medineh) : Osiris, c'est le ba de Rê, et Rê est le ba d'Osiris.


Registre inférieur

Il est divisé en douze rectangles accueillant chacun douze babouins identiques, symbolisant les douze heures de la nuit (vue unidia_35408), un rôle habituellement dévolu à douze déesses.

Tous sont nommés, avec des épithètes parfois en rapport avec la musique où la danse.

Dans les versions "canoniques" sur papyrus de l'Amdouat, ces babouins ne sont qu'au nombre de neuf.

Ils accueillent la barque solaire au début de son voyage nocturne.

Rappelons que ces animaux sont également en rapport avec le soleil levant qu'ils saluent par des cris bruyants.




Mur est




Il montre, dans son registre supérieur qui est le seul décoré, un épisode des funérailles, scène qu'on ne trouve en principe que dans les tombes privées.

La momie du roi repose sous un catafalque orné de guirlandes, posé sur une barque funéraire ; cette dernière repose sur un traîneau tiré par de hauts dignitaires.

Les douze hommes, dont aucun n'est nommé, sont chaussés de sandales blanches et se répartissent en cinq groupes (vue unidia_35416).

Tous, sauf deux, présentent un aspect identique : vêtus d'une tunique blanche à manches bouffantes, leurs perruques sont entourées du bandeau blanc de deuil, dont les pans pendent dans le dos.

Les deux personnages au crâne rasé sont certainement les deux vizirs de Haute et Basse Égypte (peut être Pentou et Ousermontou) car ils portent la tunique a bretelles caractéristique de cette fonction (vue unidia_35416_02).

Le dernier personnage, seul et le plus près de la momie est peut-être le général Horemheb, ou le chancelier Maya, qui sont les plus hauts dignitaires après Aÿ.

Au-dessus de cette procession, on lit : "Paroles dites par les amis, les grands de la maisonroyale, qui sont en train de haler l'osiris roi, le maître des Deux Terres, Nebkheperourê, jusqu'à l'Occident. Ils disent : Ô Nebkheperourê, bienvenue, Ô (toi), le dieu protecteur de la terre".



La haute barque-catafalque est décorée à son sommet d'une double frise de cobras protecteurs ( la superposition est un artifice, il existe en fait deux chapelles emboitées l'une dans l'autre).

La momie du roi défunt est représentée allongée sur un lit à peine esquissé, avec un scarabée Khepri ailé bien mis en évidence.

Il est désigné comme "le dieu parfait, maître du Double-Pays, Nebkheperourê, vivant éternellement et à jamais".

Derrière la momie se trouve une petite représentation d'Isis, près des deux rames gouvernails, tandis qu'au niveau de la tête se tient sa soeur Nephthys, également en adoration, les bras levés.

Devant cette dernière, on trouve la représentation du roi en sphinx, debout sur l'extrémité supérieure d'une hampe (vue unidia_35417_01).

Un oeil oudjat est peint sur la proue de la barque.







Le sarcophage





Lors de l'ouverture de la pièce, celle-ci comportait quatre chapelles en bois doré (vue unidia_35427), entourant le sarcophage central en quartzite rouge.

Ce dernier est protégé par quatre déesses figurées en relief aux quatre angles : Isis, Nephtys, Selqet et Neith, qui étendent leurs ailes protectrices sur ses quatre côtés.

La momie du roi était placée dans trois cercueils, le plus interne étant le plus célèbre car composé avec 110,4 Kg d'or pur.

La momie elle-même était revêtue du célèbre masque d'or.


LE "TRÉSOR"


L'extrémité nord du mur Est est percée d'une ouverture qui donne sur une petite pièce orientée sud-nord, mesurant 4,75 x 3,80m, aux murs anépigraphes.

Elle fut surnommée le Trésor par Carter car lors de la découverte, les objets les plus importants de la tombe s'y trouvaient.

Le sol était jonché de boites de toutes sortes surmontées de modèles de bateaux, le tout dominé par une image d'Anubis allongé sur une chapelle portable, suivi de la célèbre tête d'Hathor en bois doré, derrière laquelle se trouvait la chapelle contenant les vases canopes protégés par les quatre déesses, Isis, Nephtys, Selqit et Neith.

Cette pièce avait également reçu la visite des pilleurs mais elle avait été beaucoup mieux remise en ordre par les inspecteurs que l'antichambre et l'annexe.


LES OBJETS DE LA TOMBE


Il n'est pas question dans cette page, dévolue à la description de la tombe, d'évoquer en détail les multiples objets qu'elle renfermait.

Une liste exhaustive, avec photos d'époque, et l'intégralité des rapports de fouille se trouvent sur le site de l'Ashmolean Museum, sous la rubrique Tutankhamun : Anatomy of an Excavation.


DEVENIR DE LA TOMBE

Le monument va être fermé pour cinq ans à partir de 2010 en raison de sa restauration qui va être entreprise par le Getty Insitute de Los Angeles (qui avait déjà restauré la tombe de la reine Nefertari).

Il s'agira tout d'abord pour les conservateurs de faire un état des lieux.

Cette phase est prévue pour durer deux ans.

Puis débutera la conservation proprement dite, ainsi que la mise en place d'un plan pour le maintien à long terme des conditions optimales à la préservation de la tombe.

On ignore encore si la tombe ouvrira de nouveau au public un jour ou sera remplacée par le fac-similé de Factum Arte dans la Vallée des Rois.

En effet, après un minutieux travail de scannage in situ en 2009, la reconstitution de la tombe s'est achevée en 2012 ; elle n'a pas été facile si on en croit les déboires rapportés sur le site de Factum arte, mais le résultat semble tout à fait satisfaisant.

Il faudra bien sûr voir cela une fois en place.

L'évolution du travail est racontée grâce à des dizaines de photographies, c'est très intéressant,

Devraient suivre la tombe de la reine Nefertari et celle du pharaon Sethy I.


avatar
Romy50300
Admin

Messages : 1603
Date d'inscription : 25/02/2012
Age : 46
Localisation : 50300 avranches

http://romy50300.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les tombes des pharaons

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum